LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La culture se contente-t-elle seulement de c ... L'homme est-il une passion inutile ? >>


Partager

Faut-il ne voir en autrui qu'une limite à notre liberté ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Faut-il ne voir en autrui qu'une limite à notre liberté ?



Publié le : 16/12/2009 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
	Faut-il ne voir en autrui qu'une limite à notre liberté ?
Zoom

ÉLÉMENT DE RÉFLEXION

Il peut paraître curieux qu’il soit imposé sans problème que «nous sommes libres». Il y a donc lieu de rechercher selon quelle(s) conception(s) de la liberté et quelle «problématique» (si l’on peut dire) cette liberté peut apparaître.

Nous découvrirons sans doute ainsi pourquoi autrui peut être la médiation nécessaire de la révélation de cette liberté.

(Ce qui nous évitera de considérer qu’autrui nous révélerait notre liberté aü sens où — en quelque sorte — il nous l’enseignerait).

Le problème posé ne se situerait-il pas au niveau de , ce qu’on peut appeler la problématique de «la communication des consciences».

INDICATION DE LECTURE

La Réciprocité des consciences de Nédoncelle (Aubier).

L’Etre et le néant de Sartre (Gallimard).

La Présence d’autrui de Berger, Bastide, Jankélévitch (PUF).

Propédeutique philosophique de Hegel (Aubier). 2e cours: Phénoménologie de l’esprit.

Citation : pages 29 à 31.

«Une conscience de soi qui est pour une autre conscience de soi n’est pas seulement pour elle comme pur objet, mais comme son autre soi... 1° Cette intuition que l’un des Je a de lui-même dans l’autre Je est le moment abstrait de la mêmeté. 2° Mais la destination de chacun est aussi de se manifester phénoménalement pour l’autre à titre d’objet extérieur et, dans cette mesure, à titre de présence concrète sensible. 3° En face de l’autre, chacun est absolument pour lui-même et singulier, et il exige, en outre, d’être tel pour l’autre et d’être tenu pour tel par l’autre, d’avoir dans Vautre intuition de sa propre liberté comme liberté d’un étant-en-soi, c’ést-à-dire à être reconnu par l’autre.




Faut-il ne voir en autrui qu\'une limite à notre liberté ?


Pour se faire valoir et être reconnue comme libre, il faut que la conscience de soi se représente pour une autre comme libérée de la réalité naturelle présente. »

Les mots mis en relief (gras et italique) le sont par nous.



Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 5322 mots (soit 8 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Faut-il ne voir en autrui qu'une limite à notre liberté ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit