LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La France et l'Afrique au XIXe et XXe siècle. La France, les Français et l'Empire en 1939. ... >>


Partager

La France Et la question algérienne

Histoire-géographie

Aperçu du corrigé : La France Et la question algérienne



Publié le : 16/8/2012 -Format: Document en format HTML protégé

La France Et la question algérienne
Zoom

A partir de 1958, on assiste à la chute progressive de la IVème République, qui marquera bientôt la fin de la guerre d’Algérie.
 Le 13 mai 1958, à Paris, Pierre Pflimlin (dirigeant MRP) se présente devant les députés pour être investi par l’Assemblée Nationale. Ce dernier est partisan de négociations avec le FLN pour mettre fin à la guerre, donc mettre fin à l’Algérie française. Ceci provoque des manifestations à Alger. Un Comité de Salut Public est créé par des officiers supérieurs français dans la capitale, puis en métropole, afin de réclamer le retour du général de Gaulle à la Présidence (et ainsi maintenir la souveraineté de la France sur l’Algérie), sous peine de lancer l’opération Résurrection (initiée par le général Massu) contre le gouvernement français à Paris, alors à l’abandon. De Gaulle devient président du Conseil le 1er Juin 1958 et forme un gouvernement d’Union nationale, sans le Parti communiste. Parallèlement, l’Assemblée nationale autorise de Gaulle à préparer une nouvelle Constitution et lui donne les pleins pouvoirs pour résoudre la crise algérienne, le 2 Juin 1958. La nouvelle Constitution sera votée le 4 Octobre de cette même année.
 Mais, le gouvernement comme l’armée sont en proie à des divisions internes. Un exemple est celui du putsch des généraux d’Alger, le 21 Avril 1961. En effet, 4 généraux à la retraite (Challe, Zeller, Jouhaud et Salan) et quelques colonels prennent le pouvoir à Alger afin de s'opposer à l'émancipation de l'Algérie. Toutefois, les putschistes ne parviennent pas à rallier l'armée d'Algérie et le président de Gaulle interdit à tout Français d'exécuter leurs ordres. En effet, ayant décidé de donner l’indépendance à l’Algérie, ce dernier ne supporte pas qu’ « un quarteron de généraux en retraite […], ambitieux et fanatiques « (extrait de son discours au lendemain du putsch) dirige le pays et se proclame gouvernement provisoire. De plus, ce coup d’état des généraux s’oppose au redressement de la France, entamé par le Général de Gaulle, lui-même, le 18 Juin 1940. Ce dernier juge ce pouvoir « insurrectionnel «, qui a selon lui abusé des populations locales et des unités militaires présentes sur le terrain. 




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1772 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "La France Et la question algérienne" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit