LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Victor Hugo, Les Contemplations, Livre IV. Un matin - Emile Verhaeren >>


Partager

François Mauriac, Commencements d'une vie

Littérature

Aperçu du corrigé : François Mauriac, Commencements d'une vie



Publié le : 8/4/2011 -Format: Document en format HTML protégé

François Mauriac, Commencements d'une vie

Enfants, nous ne connaissions guère que les Landes : l'être collectif dénommé « les garçons « et dont je n'étais qu'une parcelle, avait décidé que hors le pays des pins, du sable et des cigales, il n'était pas de vacances heureuses. A peine connaissions-nous la propriété de vignes que plus tard je devais tant aimer. Notre mère assurait que nous n'eussions voulu pour rien au monde du sort des malheureux enfants qui croyaient s'amuser à Royan, à Arcachon ou à Bagnères. Nous en étions nous-mêmes persuadés. Ainsi sont entrés en moi, pour l'éternité, ces étés implacables, cette forêt crépitante de cigales sous un ciel d'airain que parfois ternissait l'immense voile de soufre des incendies ; alors les tocsins haletants arrachaient les bourgs à leur torpeur. Aussi brûlant qu'ait été l'après-midi, le ruisseau appelé la Hure, et ce qu'il traîne après soi de brouillards flottants et de prairies marécageuses, dispensait, le soir, une fraîcheur dangereuse qu'au seuil de la maison nous recevions, immobiles, et la face levée. Cette haleine de menthe, d'herbes trempées d'eau, s'unissait à tout ce que la lande, délivrée du soleil, fournaise soudain refroidie, abandonne d'elle-même à la nuit : parfum de bruyère brûlée, de sable tiède et de résine — odeur délicieuse de ce pays couvert de cendres, peuplé d'arbres aux flancs ouverts : je songeais aux cœurs que la grâce incendie et qui ont choisi de souffrir. C'est pourquoi l'automne dans la lande est un tel miracle..., nulle part elle n'est comme dans nos landes consumées une telle libération : les palombes, sous le trouble azur du mois d'octobre, sont le signe qu'est fini le déluge de feu.

François Mauriac, Commencements d'une vie, 1932.

SUJET

Vous commenterez ce texte en faisant ressortir l'extrême sensibilité de l'auteur dans cette nature, la richesse des sensations évoquées et le mouvement poétique de la phrase.

Introduction

■ Origine bordelaise de Mauriac.

■ La plupart de ses romans (Thérèse Desqueyroux, Le Nœud de vipères, Le Mystère Frontenac) se placent dans le cadre des forêts landaises. MALAGAR.

■ Paysage qui correspond à l'univers intérieur de ses personnages.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1085 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "François Mauriac, Commencements d'une vie" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit