LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< FREUD: La dictature de la raison FREUD: l'hypothèse d'un animique inconscient ... >>


Partager

FREUD: L'homme n'est point cet être débonnaire

Philosophie

Aperçu du corrigé : FREUD: L'homme n'est point cet être débonnaire



Publié le : 8/4/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	FREUD: L'homme n'est point cet être débonnaire
x

Veuillez selectionner une image pour le sujet :
FREUD: L'homme n'est point cet être débonnaire



Le thème essentiel de ce texte est celui de l'agressivité, c'est-à-dire des tendances s'actualisant afin de nuire à autrui ou de le détruire. Freud souligne ici qu'il existe, en tout homme, des pulsions d'agression ou de mort. L'agressivité, naturelle à l'homme et consubstantielle à son essence, est le facteur principal de perturbation dans les rapports intersubjectifs et dans les sociétés humaines globales. Elle tend à dissoudre la civilisation. Freud pose donc, dans ce texte, le problème de la source de la violence. Celle-ci relève de causes naturelles, puisqu'il existe chez l'homme un terrain prédisposant à toute contrainte morale ou physique.

L'homme n'est point cet être débonnaire, au coeur assoiffé d'amour, dont on dit qu'il se défend quand on l'attaque, mais un être, au contraire, qui doit porter au compte de ses données instinctives une bonne somme d'agressivité. Pour lui, par conséquent, le prochain n'est pas seulement un auxiliaire et un objet sexuel possibles, mais aussi un objet de tentation. L'homme est, en effet, tenté de satisfaire son besoin d'agression aux dépens de son prochain, d'exploiter son travail sans dédommagements, de l'utiliser sexuellement sans son consentement, de s'approprier ses biens, de l'humilier, de lui infliger des souffrances, de le martyriser et de le tuer. Homo homini lupus : qui aurait le courage, en face de tous les enseignements de la vie et de l'histoire, de s'inscrire en faux contre cet adage ? Cette tendance à l'agression, que nous pouvons déceler en nous-mêmes et dont nous supposons à bon droit l'existence chez autrui, constitue le principal facteur de perturbation dans nos rapports avec notre prochain. C'est elle qui impose à la civilisation tant d'efforts. Par suite de cette hostilité primaire qui dresse les hommes les uns contre les autres, la société civilisée est constamment menacée de ruine. FREUD


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1473 mots (soit 3 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " FREUD: L'homme n'est point cet être débonnaire " a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit