LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Pourquoi un fait devrait-il être établi ? Peut-on s'identifier au personnage de théâtr ... >>


Partager

Que gagne une oeuvre d'art à être commentée ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Que gagne une oeuvre d'art à être commentée ?



Publié le : 3/4/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Que gagne une oeuvre d'art à être commentée ?
Zoom

Analyse du sujet :

  • Nous nous heurtons à plusieurs difficultés dès que nous tentons de définir la notion d'art :

-          premièrement, les critères qui distinguent ce qui est de l'art de ce qui n'en est pas varient dans l'histoire. Aujourd'hui, on peut même dire qu'il n'y a plus de critère admis.

-          L'absence de critère pose un second problème : personne n'a de légitimité à dire ce qu'est l'art et ce qu'il n'est pas. L'art ce réduit aujourd'hui le plus souvent à ce qui me plait. Il devient un concept d'appréciation quasiment vide.

  • On peut donc, en gardant à l'esprit les réserves ci-dessus, tenter quelques rapprochements et distinctions : on pourrait dire de l'art qu'il est le plus souvent une technique ou un savoir-faire. Il peut de ce fait être rapproché de l'artisanat. La pièce produite par un artisan peut elle-même acquérir le statut d'oeuvre d'art, bien qu'elle soit prioritairement destinée à être utilisée. L'art n'est cependant pas toujours une technique : en témoigne certaines oeuvres contemporaines qui ne réclament aucune maîtrise (l'urinoir de Duchamp est un produit industriel !).
  • L'expression « monde de l'art « souligne aussi le fait que l'art est largement institutionnalisé aujourd'hui : il est lié à des processus commerciaux (échanges entre musées, expositions, performances, etc.), ce qui interdit de parler d'une absolue gratuité de l'art.
  • L'art n'a pas toujours pour but de viser le beau, comme en témoignent des oeuvres comme les Papes franchement morbides de Francis Bacon : art et beauté ne se confondent donc pas.
  • L'oeuvre d'art n'est pas nécessairement perceptuelle : une performance, un geste, peut être artistique. L'art contemporain manifeste largement cette tendance à la dématérialisation de l'art, au glissement du perceptuel vers le conceptuel.
  • Un commentaire vise à dégager le sens (ou au moins un sens) de ce qui est commenté. Il consiste en une explicitation qui rend intelligible ce sens, qui le dévoile. Il est un discours.

Problématisation :

En demandant ce que gagne une oeuvre d'art à être commentée, nous interrogeons la fonction, le statut, de l'historien de l'art, du critique d'art, etc. : du manière générale, il s'agit de s'intéresser à la relation entre l'art lui-même et le discours sur l'art.

Le premier problème est de savoir si c'est bien l'oeuvre qui gagne quelque chose par le discours. N'est-ce pas plutôt celui qui s'intéresse à une oeuvre qui étend ses connaissances en art, dans le sens où un commentaire lui permettrait de mieux comprendre une oeuvre ?

Cependant, en en dévoilant le sens, un commentaire peut susciter l'intérêt pour des oeuvres qui restaient obscures ou inconnues. Ce serait alors le discours comme institution qui dévoilerait la valeur artistique d'une oeuvre. La question est de savoir si justement une oeuvre possède déjà son statut artistique en-soi ou si c'est justement le commentaire ou plus généralement le discours qui lui confère un statut qu'elle ne possédait pas. Dans le second cas, le commentaire, une fois que l'oeuvre est instituée en oeuvre d'art, semble ne plus servir à rien. Pourtant les critiques continuent à commenter les oeuvres classiques. Il faudra donc encore se demander à quoi le commentaire peut-il bien servir.

Nous pouvons hiérarchiser les problèmes de la manière suivante :



L'oeuvre d'art n'est pas nécessairement perceptuelle : une performance, un geste, peut être artistique. L'art contemporain manifeste largement cette tendance à la dématérialisation de l'art, au glissement du perceptuel vers le conceptuel. Un commentaire vise à dégager le sens (ou au moins un sens) de ce qui est commenté. Il consiste en une explicitation qui rend intelligible ce sens, qui le dévoile. Il est un discours.         Problématisation :   En demandant ce que gagne une oeuvre d'art à être commentée, nous interrogeons la fonction, le statut, de l'historien de l'art, du critique d'art, etc. : du manière générale, il s'agit de s'intéresser à la relation entre l'art lui-même et le discours sur l'art. Le premier problème est de savoir si c'est bien l'oeuvre qui gagne quelque chose par le discours. N'est-ce pas plutôt celui qui s'intéresse à une oeuvre qui étend ses connaissances en art, dans le sens où un commentaire lui permettrait de mieux comprendre une oeuvre ? Cependant, en en dévoilant le sens, un commentaire peut susciter l'intérêt pour des oeuvres qui restaient obscures ou inconnues.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1810 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Que gagne une oeuvre d'art à être commentée ? " a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit