NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Le sentiment religieux Que pensez-vous de cette phrase d'Albert Camu ... >>


Partager

A. Gide voit dans toute la littérature française un dialogue entre deux formes de pensée dont tout jeune esprit serait faussé s'il n'écoutait ou si on ne lui laissait entendre que l'une des deux voix. Il écrit notamment : « Le dialogue reprend avec Pascal contre Montaigne. Il n'y a pas d'échange de propos entre eux, puisque Montaigne est mort lorsque Pascal commence à parler; mais c'est pourtant à lui qu'il s'adresse — et pas seulement dans l'illustre Entretien avec M. de Sacy. C'est aux Essais de Montaigne que le livre des Pensées s'oppose, et contre lequel, pourrait-on dire, il s'appuie ». Commentez ce jugement à la lumière des textes de ces deux auteurs que vous connaissez.

Littérature

Aperçu du corrigé : A. Gide voit dans toute la littérature française un dialogue entre deux formes de pensée dont tout jeune esprit serait faussé s'il n'écoutait ou si on ne lui laissait entendre que l'une des deux voix. Il écrit notamment : « Le dialogue reprend avec Pascal contre Montaigne. Il n'y a pas d'échange de propos entre eux, puisque Montaigne est mort lorsque Pascal commence à parler; mais c'est pourtant à lui qu'il s'adresse — et pas seulement dans l'illustre Entretien avec M. de Sacy. C'est aux Essais de Montaigne que le livre des Pensées s'oppose, et contre lequel, pourrait-on dire, il s'appuie ». Commentez ce jugement à la lumière des textes de ces deux auteurs que vous connaissez.



Publié le : 18/2/2011 -Format: Document en format HTML protégé

A. Gide voit dans toute la littérature française un dialogue entre deux formes de pensée dont tout jeune esprit serait faussé s'il n'écoutait ou si on ne lui laissait entendre que l'une des deux voix. Il écrit notamment : « Le dialogue reprend avec Pascal contre Montaigne. Il n'y a pas d'échange de propos entre eux, puisque Montaigne est mort lorsque Pascal commence à parler; mais c'est pourtant à lui qu'il s'adresse — et pas seulement dans l'illustre Entretien avec M. de Sacy. C'est aux Essais de Montaigne que le livre des Pensées s'oppose, et contre lequel, pourrait-on dire, il s'appuie ». Commentez ce jugement à la lumière des textes de ces deux auteurs que vous connaissez.
Zoom

A. Gide, consacrant une étude à Montaigne dont il se sent très proche, voit la pensée française partagée en deux tendances opposées, mais complémentaires, dont les représentants se répondent à travers notre littérature. C'est ainsi qu'il voit dans l'oeuvre de Pascal une réponse aux Essais, en remarquant que les Pensées s'appuient en même temps qu'elles s'opposent au livre de Montaigne. S'il est peu contestable que Pascal ait souvent présente à l'esprit la pensée de Montaigne, et si un critique a pu dire : « Ces pensées sont des soeurs ennemies; mais elles sont des soeurs « (P. Moreau, Montaigne), il sera plus délicat de préciser dans quelle mesure Pascal s'appuie sur les Essais, dans quelle mesure il s'y oppose.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 3370 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "A. Gide voit dans toute la littérature française un dialogue entre deux formes de pensée dont tout jeune esprit serait faussé s'il n'écoutait ou si on ne lui laissait entendre que l'une des deux voix. Il écrit notamment : « Le dialogue reprend avec Pascal contre Montaigne. Il n'y a pas d'échange de propos entre eux, puisque Montaigne est mort lorsque Pascal commence à parler; mais c'est pourtant à lui qu'il s'adresse — et pas seulement dans l'illustre Entretien avec M. de Sacy. C'est aux Essais de Montaigne que le livre des Pensées s'oppose, et contre lequel, pourrait-on dire, il s'appuie ». Commentez ce jugement à la lumière des textes de ces deux auteurs que vous connaissez." a obtenu la note de : aucune note

Test_Cookie

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit