NoCopy.net

Hamlet, III, 1 William Shakespeare, 1601 trad. F-V Hugo et S. Herbinet (plan de commentaire)

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< RESPONSABILITÉ FAUTE PERSONNELLE ET FAUTE DE ... COMPÉTENCE- INTERPRÉTATION DES ACTES ADMINIST ... >>


Partager

Hamlet, III, 1 William Shakespeare, 1601 trad. F-V Hugo et S. Herbinet (plan de commentaire)

Littérature

Aperçu du corrigé : Hamlet, III, 1 William Shakespeare, 1601 trad. F-V Hugo et S. Herbinet (plan de commentaire)



Publié le : 22/9/2011 -Format: Document en format HTML protégé

Hamlet, III, 1 William Shakespeare, 1601 trad. F-V Hugo et S. Herbinet (plan de commentaire)
Zoom

observations et recherche d’éléments de réponse à la question :

étudier le  déroulement de ce monologue délibératif.

 

 

57 : alternative, choix entre la vie et la mort, signalé comme le problème essentiel (tournure d’insistance là est la question)

58 : MAIS tout de suite la problématique est précisée par un critère de choix : est-il plus noble (courageux, digne, respectable) de se laisser vivre ou de se faire mourir ? 



Hamlet – Être, ou ne pas être, c'est là la question. Y a-t-il plus de noblesse d'âme à subir la fronde et les flèches de la fortune
outrageante, ou bien à s'armer contre une mer de douleurs et d’y faire front pour y mettre fin ? Mourir... dormir, rien de       plus... et dire que, par ce sommeil, nous mettons fin aux      maux du cœur et aux mille tortures naturelles qui sont le lot      de
la chair : c'est un dénouement qu'on doit souhaiter avec ferveur. Mourir... dormir ; dormir, peut-être rêver. Oui, voilà
l’obstacle. Car quels rêves peut-il nous venir dans ce sommeil  de la mort, quand nous sommes débarrassés du tumulte de   cette vie ? Voilà qui doit nous arrêter. C'est cette réflexion-là   qui donne à nos malheurs une si longue existence. Qui, en   effet, voudrait supporter les flagellations, et les dédains du monde, l'injure de l'oppresseur, l'humiliation de la pauvreté,     les angoisses de l'amour méprisé, les lenteurs de la loi, l'inso-lence du pouvoir, et les rebuffades que le mérite résigné      reçoit d'hommes indignes, s'il pouvait en être quitte avec un
simple poignard ? Qui voudrait porter ces fardeaux, grogner et suer sous une vie accablante, si la crainte de quelque chose  après la mort, de cette région inexplorée, d'où nul voyageur     ne revient, ne troublait la volonté, et ne nous faisait supporter les maux que nous avons par peur de nous lancer dans ceux   que nous ne connaissons pas ? Ainsi la conscience fait de nous tous des lâches ; ainsi les couleurs natives de la résolution blê- missent sous les pâles reflets de la pensée ; ainsi les entreprises importantes et de grande portée se détournent de leur cours,      à cette idée, et perdent le nom d'action... Du calme, mainte-    nant ! Voici la belle Ophélie… Nymphe, dans tes oraisons,    souviens-toi de tous mes péchés.


 

Hamlet, III, 1

William Shakespeare, 1601

trad. F-V Hugo et S. Herbinet




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Hamlet, III, 1 William Shakespeare, 1601 trad. F-V Hugo et S. Herbinet (plan de commentaire) Corrigé de 1166 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Hamlet, III, 1 William Shakespeare, 1601 trad. F-V Hugo et S. Herbinet (plan de commentaire)" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

Hamlet, III, 1 William Shakespeare, 1601 trad. F-V Hugo et S. Herbinet (plan de commentaire)

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit