LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< HOBBES: La constitution du corps d'un homme ... HOBBES: L'etat de nature, cette guerre de to ... >>


Partager

HOBBES: Egalité naturelle et violence à l'état de nature.

Philosophie

Aperçu du corrigé : HOBBES: Egalité naturelle et violence à l'état de nature.



Publié le : 17/4/2009 -Format: Document en format HTML protégé

	HOBBES: Egalité naturelle et violence à l'état de nature.
Zoom
  • voici un texte de Hobbes qui nous rappelle que ce philosophe postule l'existence, chez l'homme, d'une nature intrinsèquement violente, ici, il explique cette violence par l'égalité innée des aptitudes et, par conséquent, des désirs des hommes, égalité qui les conduit à se combattre plutôt qu'à trouver quelque compromis. Cette égalité les mène donc à des luttes sans fin.

 

  • C'est dans le raisonnement et les arguments sur lesquels il repose que se trouve l'intérêt de ce texte : vous devrez donc « décortiquer « soigneusement le cheminement de la pensée de Hobbes qui, à partir d'un fait (l'égalité des aptitudes) chemine progressivement vers les thèmes d'une violence sans fin, d'une guerre éternelle entre les hommes, de tous contre tous, vous aurez à vous interroger sur la validité de l'égalité des aptitudes qu'affirme Hobbes. N'omettez pas, cependant, de bien analyser certains termes ou expressions importantes comme aptitudes, égalité, conservation, détruire et dominer, etc.


La nature a fait les hommes si égaux quant aux facultés du corps et de l'esprit, que, bien qu'on puisse parfois trouver un homme manifestement plus fort corporellement, ou d'un esprit plus prompt qu'un autre, néanmoins, la différence d'un homme avec un autre n'est pas si importante que quelqu'un puisse de ce fait réclamer pour lui-même un avantage auquel un autre ne puisse pas prétendre aussi bien que lui ( ... ). De cette égalité des aptitudes découle une égalité dans l'espoir d'atteindre nos fins. C'est pourquoi, si deux hommes désirent la même chose alors qu'il ne leur est pas possible d'en jouir tous les deux, ils deviennent ennemis ; et dans leur poursuite de cette fin (qui est, principalement, leur propre conservation, mais parfois seulement leur plaisir), chacun s'efforce de détruire et dominer l'autre. Et de là vient que là où l'agresseur n'a rien de plus à craindre que la puissance individuelle d'un autre homme, on peut s'attendre avec vraisemblance, si quelqu'un plante, sème, bâtit, ou occupe un emplacement commode, à ce que d'autres arrivent tout équipés, ayant uni leurs forces, pour le déposséder et lui enlever non seulement le fruit de son travail, mais aussi la vie ou la liberté. Et l'agresseur à son tour court le même risque à l'égard d'un nouvel agresseur. HOBBES

Ce extrait s'enracine dans la pensée politique de Hobbes en proposant une description d'un état hypothétique qu'est l'état de nature. L'auteur a conscience qu'il s'agit là d'une sorte de fiction, mais cette expérience de pensée permet cependant d'appréhender ce qu'il advient lorsque les relations inter-humaines sont soustraites à l'arbitrage de l'État. Il ne faut pas voir ici une sorte de tour de passe-passe intellectuel: Hobbes a connu la guerre civile en Angleterre, ayant ainsi l'occasion de constater l'importance de la mise en place d'une puissance souveraine puissante pour éviter l'état de guerre de tous contre tous. En proposant l'hypothèse d'un état de nature, Hobbes saisit les carences qui frappent l'espace social, ce qui lui permet par contraposition de penser un état civil qui se prémunit de telles lacunes par l'intervention étatique. En somme, ce texte nous met face à une anthropologie évidemment peu flatteuse, qui pense toujours l'homme comme un être avant tout soucieux de lui-même. Ce sont les conséquences directes de cette nature humaine qu'expose le passage suivant, faisant clairement apparaître la nécessité de mettre en place un État afin de résorber les violences privées décrites. Il s'agit donc d'être attentif aux descriptions proposées de cet état de nature, d'en saisir les implications problématiques, afin de comprendre la nécessité de penser un état civil conséquent.



Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 4343 mots (soit 6 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " HOBBES: Egalité naturelle et violence à l'état de nature. " a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit