NoCopy.net

L'homme peut-il se passer de religion?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< A quoi reconnaît-on une attitude religieuse? ... Est-il possible de ne croire en rien? >>


Partager

L'homme peut-il se passer de religion?

Philosophie

Aperçu du corrigé : L'homme peut-il se passer de religion?



Publié le : 15/7/2005 -Format: Document en format FLASH protégé

	L'homme peut-il se passer de religion?
Zoom

• II peut sembler que cette question ne se pose pas dans la mesure où nombre d'hommes se réclament de « l'athéisme « et déclarent pouvoir se passer de « religion «, et que l'on peut semble-t-il passer sans problème de l'existence à sa possibilité.
 • Pour que ces deux sujets, puissent avoir un sens, il convient donc sans doute de se demander ce que peut signifier athéisme et ce que peut signifier religion.
 • « L'athéisme « dit pratique.
 — Selon Bossuet « il y a un athéisme caché dans tous les cœurs, qui se répand dans toutes les actions : on compte Dieu pour rien «.
 Cet athéisme dont il parle est l'athéisme pratique de gens déclarant croire en Dieu.
 Athéisme ici renvoie à l'idée qu'un idéal (ici religieux) n'informe pas réellement les pratiques.
 Inversement on pourrait se demander si tout acte informé par un idéal moral ne témoigne pas que son auteur n'est pas athée.
 — En ce sens, il a été soutenu par Le Roy que :
 « Il n'y a point d'athées, car il n'y a personne qui se contente absolument de ce qu'il a et de ce qu'il est..., personne qui admette au moins pratiquement comme principe moteur de sa vie un idéal et un au-delà de l'ordre spirituel dont les sollicitations le travaillent «.
 — Le Dantec dans son livre L'Athéisme déclare (page 101):
 « il n'y a pas d'athées parfait; la conscience morale impose au plus libéré des athées des devoirs qu'il ne sait pas éviter... Je suis tout aise, pour ma part, d'avoir, à côté de mon athéisme logique une conscience morale résultant d'une quantité d'erreurs ancestrales, et qui me dicte ma conduite dans des cas où ma raison me laisserait noyer. «
 • L'athéisme théorique.
 — Il consiste, semble-t-il, en la négation explicite de Dieu, au refus de reconnaître tout principe d'unité, transcendant ou immanent à l'univers empirique.
 — La difficulté, lorsqu'on parle d'athéisme, tient au fait de savoir ce que l'on nie exactement en niant l'existence d'un Dieu.
 — Si nier Dieu, c'est nier un Être conçu d'une certaine façon comme une personne, on peut dire sans problème qu'il existe pour le moins des athés théoriques et que l'athéisme est possible.
 — Mais si Dieu est le nom donné pour d'autres caractéristiques et que le terme « religion « peut s'appliquer à d'autres conceptions que des « religions révélées « et (ou) « personnelles « le problème posé se complique sérieusement.
 L'on peut se demander alors si toute attitude (théorique ou pratique) valorisant « certaines choses « ne vont pas être appréhendés par d'autres (ne valorisant pas les mêmes choses, ou de la même façon) comme une attitude religieuse, non athée.
 Un exemple (significatif) parmi bien d'autres possibles : la position de Nietzsche.
 • Ainsi il considère que les libres penseurs ne sont nullement « athées « dans la mesure où ils persistent à opérer une identification « métaphysique « entre « l'Être « et « l'Idéal «.
 — Pour les mêmes raisons, il considère que les socialistes sont toujours religieux (et non athées), singulièrement dans leur croyance au progrès.
 « A méditer : Dans quelle mesure subsiste encore la fatale croyance en la providence divine, la croyance la plus paralysante qui soit, pour les mains et le cerveau; dans quelle mesure, sous le nom de « nature «, de progrès, de perfectionnement, de darwinisme « est-ce encore l'hypothèse et l'interprétation chrétienne qui subsistent? «
 (L'idée de progrès exprimant plus qu'un pur déroulement temporel, mais enveloppant l'affirmation que la marche de la vie et de l'humanité est une ascension dont le terme doit se confondre avec la réalisation de l'Idéal Moral.)



Doublement : qu'est-ce que la religion ? Qu'est-ce que l'homme ? 2) Aussi faut-il définir en profondeur et l'homme et la religion. La forme de la thèse (« l'homme fait la religion «) implique donc que soient définis la religion et l'homme. D'abord la religion. Celle-ci n'existe que par l'homme, ce qui justifie qu'on ne puisse pas la définir par elle-même, et qu'il faille au contraire recourir à l'homme. Elle est dit Marx, « la conscience de soi « de l'homme. Non pas d 'abord une institution (avec son clergé et ses rites) mais quelque chose de l'ordre du penser (et non du faire). L'homme qui se pense lui-même, qui pense « sa valeur «, établit entre lui et lui-même, un écart. C'est dans cet écart que se loge la conscience, c'est dans cet espace immatériel que se situe la religion.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	L'homme peut-il se passer de religion?	Corrigé de 6822 mots (soit 10 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " L'homme peut-il se passer de religion? " a obtenu la note de :

7 / 10

L'homme peut-il se passer de religion?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit