LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< FREUD: Toute civilisation doit s'édifier sur ... Texte de Nietzsche, Humain, trop humain >>


Partager

Hume, Enquête sur les principes de la morale

Philosophie

Aperçu du corrigé : Hume, Enquête sur les principes de la morale



Publié le : 27/2/2008 -Format: Document en format HTML protégé

	Hume, Enquête sur les principes de la morale
Zoom

 

I. « La validité des règles de justice ... ils ont quelque influence et autorité «.


Les normes de justice ne s'appliquent pas seulement aux relations entre individus, elles s'appliquent aussi aux relations entre États.


II. « Mais ici réside la différence . dans une certaine mesure, dans une guerre générale «.


Mais il y a une différence entre les relations entre États et les relations entre individus. Les individus ne peuvent survivre sans relations entre eux. Les États peuvent survivre sans relations entre eux.


III. « L'observance de la justice ... ou envahissent les propriétés des autres. «.

 



La validité des règles de justice, telles qu'elles prévalent entre les individus, n'est pas entièrement suspendue entre les sociétés politiques. Tous les princes se targuent de prendre en considération les droits des autres princes, et certains, cela ne fait pas de doute, sans hypocrisie. Des alliances et des traités sont conclus tous les jours entre Etats indépendants, et ils ne seraient qu'autant de parchemin gaspillé, si l'on ne constatait, à l'expérience, qu'ils ont quelque influence et autorité. Mais ici réside la différence entre les royaumes et les individus. La nature humaine ne peut en aucune façon subsister sans l'association des individus, et cette association ne pourrait exister si l'on ne respectait pas les lois d'équité et de justice. Désordre, confusion, la guerre de tous contre tous, sont les nécessaires conséquences d'une telle conduite licencieuse. Mais les nations peuvent subsister sans relations. Elles peuvent même subsister, dans une certaine mesure, dans une guerre générale. L'observance de la justice, bien qu'utile entre elles, n'est pas garantie par une nécessité si forte qu'entre les individus, et l'obligation morale est en proportion de l'utilité. Tous les politiques admettent, ainsi que la plupart des philosophes, que des raisons d'État peuvent, en cas d'urgences particulières, dispenser de suivre les règles de justice, et invalider tout traité ou alliance, si les respecter strictement était considérablement préjudiciable à l'une ou l'autre des parties contractantes. Mais rien de moins que la plus extrême nécessité, reconnaît-on, ne peut justifier que les individus violent une promesse, ou envahissent les propriétés des autres. Hume, Enquête sur les principes de la morale


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1266 mots (soit 2 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Hume, Enquête sur les principes de la morale " a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit