Y a-t-il de l'inconnaissable ?

Y a-t-il de l'inconnaissable ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Y a-t-il de bonnes ou de mauvaises opinions ... Y a-t-il de l'indicible ? >>


Partager

Y a-t-il de l'inconnaissable ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Y a-t-il de l'inconnaissable ?



Publié le : 6/1/2006 -Format: Document en format HTML protégé

	Y a-t-il de l'inconnaissable	?
Zoom

La problématisation tend à identifier et hiérarchiser les problèmes qui font obstacle à l'apport d'une réponse à la question du sujet. Le premier problème qui semble se présenter est le suivant : s'il y a de l'inconnaissable, comment l'identifier par rapport au connaissable ? Autrement dit, quel critère va nous permettre de tracer la limite qui sépare le champ de ce qui peut être connu de celui de ce qui ne le peut pas ?

Le second problème découle du premier : en admettant que l'on puisse fournir un critère de distinction du connaissable et de l'inconnaissable, il faut que celui-ci soit universellement valable, c'est-à-dire valable pour tout sujet connaissant, ce sans quoi nous sombrons dans un relativisme total : notre critère deviendrait totalement subjectif et ne mériterait alors plus le titre de critère.

 



Notre nouveau critère ne souffre pas des écueils de celui que nous avions proposé en première partie, puisque les objets de connaissance se donnent à notre intuition (nous ne les constituons pas). Tout ce qui peut être perçu peut donc être connu. La frontière, dans cette perspective phénoménologique, entre le connaissable et l'inconnaissable est exactement la frontière entre le visible et l'invisible.   Comment alors comprendre qu'il y ait un progrès des sciences ? Comment en effet se fait-il que si le connaissable se réduit au perceptible, on ne soit pas dans l'histoire des sciences parvenu beaucoup plus tôt à l'état actuel de nos connaissances ? Ou bien faut-il prétendre que la perception des « anciens » était moins aiguisée que la notre ?     III - Foucault, l'historicité de la vérité   Référence : Foucault, Naissance de la clinique   « La médecine moderne a fixé d'elle-même sa date de naissance dans les dernières années du 18ème siècle. Quand elle se prend à réfléchir sur elle-même, elle identifie l'origine de sa positivité à un retour, par delà toute théorie, à la modestie efficace du perçu. En fait, cet empirisme présumé repose non sur une redécouverte des valeurs absolues du visible, non sur l'abandon résolu des systèmes et de leurs chimères, mais sur une réorganisation de cet espace manifeste et secret qui fut ouvert lorsqu'un regard millénaire s'est arrêté sur la souffrance des hommes. Le rajeunissement de la perception médicale n'est pourtant pas un mythe ;  au début du 19ème siècle, les médecins ont décrit ce qui, pendant des siècles, était resté au dessous du seuil du visible et de l'énonçable ; mais ce n'est pas qu'ils se soient remis à percevoir après avoir trop longtemps spéculé, ou à écouter la raison mieux que l'imagination ; c'est que le rapport du visible à l'invisible, nécessaire à tout savoir concret, a changé de structure et fait apparaître sous le regard et dans le langage ce qui était en deçà et au-delà de leur domaine.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Y a-t-il de l'inconnaissable	? Corrigé de 1760 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Y a-t-il de l'inconnaissable ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

Y a-t-il de l'inconnaissable ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit