LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Y a-t-il un droit du plus fort ? Y a-t-il un mythe de la science ? >>


Partager

Y a-t-il un intermédiaire entre savoir et ignorer ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Y a-t-il un intermédiaire entre savoir et ignorer ?



Publié le : 7/1/2006 -Format: Document en format FLASH protégé

	Y a-t-il un intermédiaire entre savoir et ignorer 	?
Zoom

Remarque sur l’intitulé du sujet :

·         « Y a-t-il « indique qu’il faut s’interroger sur une existence sur quelque chose qui est. Or, ce quelque chose = « droit à l’erreur «.

·         Mais qu’est-ce qu’un droit ? Le droit est ce qui permet, ce qui rend licite quelque chose. Donc, sommes-nous autorisés à nous tromper ?

·         A priori, nous le sommes car comme on le dit « errare humanum est «, l’erreur est humaine.

·         Cependant, on indique donc que nous ne sommes pas coupables de nos erreurs. Si tel est le cas, il n’y a plus de justice possible : chacun peut à la suite d’un crime se retrancher derrière l’idée selon laquelle « tout le monde peut se tromper «.

·         Le problème tient donc à ce que le droit à l’erreur ne nous dispense pas de bien faire et donc de ne pas nous tromper.

·         Dès lors quel sens donner au terme « droit à l’erreur « si nous sommes obligés d’en commettre le moins possible ?

·         Finalement, le mot « droit « renvoie-t-il à ce qui est permis ou ce qui est possible, c’est-à-dire réalisable sans pour autant être licite ? Dans le dernier cas, peut-on encore parler d’un droit au sens strict (ce que l’on peut faire sans être fautif)?

 

Problématique : On admet que « l’erreur est humaine «, c’est-à-dire que se tromper n’est pas une faute : l’homme de par sa nature est faillible. Cependant, est-ce pour autant que toute erreur est excusable ? Nous tenons aussi les hommes pour responsables de leurs actes, nous les louons ou les blâmons pour ce qu’ils font ou refusent de faire. Or comment de tels jugements pourrait-ils être possibles si à chaque instant chacun peut invoquer son droit à l’erreur ? Par conséquent, y a-t-il un droit à l’erreur (se tromper n’est pas une faute) ou bien n’est-ce là qu’un alibi pour amoindrir nos responsabilités ?

 



DESCARTES : Le discours de la méthode .KANT : La Critque de la Raison Pure .POPPER : La logique de la découverte scientifique . IV - LES FAUSSES PISTES.Juxtaposer une partie sur le savoir, et une sur l'ignorance.S'en tenir à une conception simpliste du savoir.Ne pas analyser le concept d'intermédiaire (qui suppose un passage). « Un système faisant partie de la science empirique doit pouvoir être réfuté par l'expérience. » POPPERL'histoire des sciences physiques est celle de leur révolution permanente. Les théories n'ont qu'une valeur provisoire.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 4071 mots (soit 6 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Y a-t-il un intermédiaire entre savoir et ignorer ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit