LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Le désir de se cultiver est-il naturel ? Ce qui fait l'actualité, est-ce qui fait l'hi ... >>


Partager

Une interprétation peut-elle échapper à l'arbitraire ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Une interprétation peut-elle échapper à l'arbitraire ?



Publié le : 27/2/2008 -Format: Document en format HTML protégé

Une interprétation peut-elle échapper à l'arbitraire ?
Zoom

Le champ de l’interprétation est au départ circonscrit à l’art d’interpréter les textes sacrés ou profanes. L’ambiguïté de la parole religieuse, l’obscurité des mythes appellent la tâche de l’interprétation.

Toutefois le champ de l’interprétation est désormais immense : langage, art, histoire, etc. Tout ce qui est susceptible d’avoir un sens qui n’est pas immédiatement explicite est susceptible d’être interprété.

Une interprétation est donc d’une certaine manière une conjecture, une hypothèse, une supposition fondée sur des apparences. On présume quelque chose derrière ce qui est apparent. L’interprétation peut également être comprise comme ce qui doit être construit lorsque l’explication n’est plus disponible.

C’est à partir de la dimension de supposition, inhérente à l’interprétation, que l’on peut construire la problématique de ce sujet. Qu’est-ce qui permet de garantir qu’une interprétation est valide, légitime ? Si ce que l’interprétation entend comprendre ce qui se joue derrière les apparences, comment trouver les critères de la bonne interprétation ?

En d’autres termes, il convient de se demander si après tout, chacun ne peut pas faire sa propre interprétation de quelque chose. Ne puis-je interpréter comme je l’entends une œuvre d’art, par exemple ?

Si on ne parvient pas à mettre à jour des critères pour légitimer une interprétation, alors il sera difficile de faire en sorte que l’interprétation échappe à l’arbitraire. Si on veut faire en sorte que toutes les interprétations ne se valent pas, que certaines peuvent plus que d’autres prétendre à la vérité, alors l’interprétation doit pouvoir échapper à l’arbitraire. Mais le peut-elle effectivement ? Si ce n’est pas le cas, il faudra donc aussi en tirer les conséquences. Si l’interprétation est par définition arbitraire, alors en un sens l’interprétation est « libre «, et toujours personnelle.

A l’inverse, si l’interprétation échappe à l’arbitraire, c’est qu’elle peut être justifiée, légitimée, validée. De quoi peuvent dépendre ces justifications, légitimations, validations ?



Nous comprenons les pensées du rêve d'une manière immédiate dès qu'elles nous apparaissent. Le contenu du rêve nous est donné sous forme d'hiéroglyphes, dont les signes doivent être successivement traduits (übertragen) dans la langue des pensées du rêve. On se trompera évidemment si on veut lire ces signes comme des images et non selon leur signification conventionnelle. Supposons que je regarde un rébus : il représente une maison sur le toit de laquelle on voit un canot, puis une lettre isolée, un personnage sans tête qui court, etc. Je pourrais déclarer que ni cet ensemble, ni ses diverses parties n'ont de sens. Un canot ne doit pas se trouver sur le toit d'une maison et une personne qui n'a pas de tête ne peut pas courir. Je ne jugerai exactement le rébus que lorsque je renoncerai à apprécier ainsi le tout et les parties, mais m'efforcerai de remplacer chaque image par une syllabe ou par un mot qui, pour une raison quelconque, peut être représenté par cette image. Ainsi réunis, les mots ne seront plus dépourvus de sens, mais pourront former quelque belle et profonde parole Le rêve est un rébus, nos prédécesseurs ont commis la faute de vouloir l'interpréter en tant que dessin. C'est pourquoi il leur a paru absurde et sans valeur. »   Une interprétation n'est en un sens jamais complètement arbitraire, puisqu'elle se base sur un fait, sur quelque chose.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2423 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Une interprétation peut-elle échapper à l'arbitraire ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit