LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La sympathie Interpréter est-ce forcement trahir? >>


Partager

Interpréter est-ce forcément trahir?

Echange

Aperçu du corrigé : Interpréter est-ce forcément trahir?



Publié le : 17/3/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Interpréter est-ce forcément trahir?
Zoom

 

Le sujet demande que l'on mette en question une équivalence entre deux éléments : « interpréter « d'une part, « trahir « d'autre part.

La définition de la notion d'interprétation peut être double : une interprétation est, en son sens premier qui est celui de « parler pour quelque chose, se faire le porte-parole de quelque chose «, une transposition, une traduction de l'objet à interpréter par une instance qui ne cherche pas à la modifier – ainsi, les interprètes des textes sacrés sont supposés en donner une expression intelligible par tous, et non pas une version particulière. De même, les interprètes linguistiques ne font que traduire. Cependant l'existence même d'une traduction qui ne soit pas en même temps la création d'une version de l'objet interprété peut être mise en doute, et on glisse alors vers le second sens de l'interprétation, qu'on lui attribue plus couramment : interpréter, ce serait proposer une certaine lecture, une certaine vision de l'objet que l'on interprète. Le sujet semble viser plutôt ce second sens : trahir en effet, c'est renier une fidélité, ne plus respecter un objet qui nous avait accordé une certaine confiance quant au traitement que l'on en ferait. Le travail d'interprétation est soupçonné de ne pas être fiable, d'être traître, de renier son objet. Le sujet présuppose donc une compréhension assez péjorative de l'interprétation.

C'est alors le rôle de l'interprétation qui est en question : interpréter, est-ce simplement donner un compte-rendu fidèle – mais la fidélité de ce compte-rendu est-elle seulement possible ? est-ce actualiser des puissances qui se trouvent dans une oeuvre conçue pour être interpréter (un morceau de musique, par exemple, n'existe comme morceau de musique que par son interprétation, sinon il n'est qu'une partition – en ce sens l'interprétation l'actualise) ? est-ce enfin donner un sens à un objet, ce sens ne se trouvant pas nécessairement dans l'objet en question ? La réponse à la question posée par le sujet demande donc que l'on choisisse entre plusieurs compréhensions possibles de la notion d'interprétation.

 



  Bachelard   La notion d'obstacle épistémologique peut être étudiée dans le développement historique de la pensée scientifique et dans la pratique de l'éducation. Dans l'un et l'autre cas, cette étude n'est pas commode. L'histoire, dans son principe, est en effet hostile à tout jugement normatif. Et cependant, il faut bien se placer à un point de vue normatif, si l'on veut juger de l'efficacité d'une pensée. Tout ce qu'on rencontre dans l'histoire de la pensée scientifique est bien loin de servir effectivement à l'évolution de cette pensée. Certaines connaissances même justes arrêtent trop tôt des recherches utiles. L'épistémologue doit donc trier les documents recueillis par l'historien. Il doit les juger du point de vue de la raison et même du point de vue de la raison évoluée, car c'est seulement de nos jours que nous pouvons pleinement juger les erreurs du passé spirituel. D'ailleurs, même dans les sciences expérimentales, c'est toujours l'interprétation rationnelle qui fixe les faits à leur juste place. C'est sur l'axe expérience- raison et dans le sens de la rationalisation que se trouvent à la fois le risque et le succès.


Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Corrigé : Corrigé de 1446 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Interpréter est-ce forcément trahir? " a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit