Jean Anouilh, Antigone: CREON

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Ondine - Aloysius Bertrand, Gaspard de la Nui ... Baudelaire, Le joujou du pauvre. >>


Partager

Jean Anouilh, Antigone: CREON

Littérature

Aperçu du corrigé : Jean Anouilh, Antigone: CREON



Format: Document en format HTML protégé

Jean Anouilh, Antigone: CREON
Zoom

Antigone, pour rester fidèle à son idéal de pureté et d'amour, refuse d'obéir aux lois de la cité que dirige son oncle Créon, qui n'est, à ses yeux, qu'un tyran barbare. Créon, estime-t-elle, aurait dû refuser d'exercer le pouvoir, quand on l'en a sollicité ; il aurait du, comme elle le fait en ce moment devant Créon, « dire non «.
 

CRÉON..., hors de lui :

« ... Il faut pourtant qu'il y en ait qui disent oui. Il faut pourtant qu'il y en ait qui mènent la barque. Cela prend l'eau de toutes parts, c'est plein de crimes, de bêtises, de misère... Et le gouvernail est là qui ballotte. L'équipage ne veut plus rien faire, il ne pense qu'à piller la cale, et les officiers sont déjà en train de se construire un petit radeau confortable, rien que pour eux, avec toute la provision d'eau douce pour tirer au moins leurs os de là. Et le mât craque, et le vent siffle, et les voiles vont se déchirer, et toutes ces brutes vont crever toutes ensemble, parce qu'elles ne pensent qu'à leur peau, à leur précieuse peau et à leurs petites affaires. Crois-tu, alors, qu'on a le temps de faire le raffiné, de savoir s'il faut dire « oui « ou « non «, de se demander s'il ne faudra pas payer trop cher un jour et si on pourra encore être un homme après ? On prend le bout de bois, on redresse devant la montagne d'eau, on gueule un ordre et on tire dans le tas, sur le premier qui s'avance. Dans le tas ! Cela n'a pas de nom. C'est comme la vague qui vient de s'abattre sur le pont devant vous ; le vent qui vous giffle, et la chose qui tombe dans le groupe n'a pas de nom. C'était peut-être celui qui t'avait donné du feu en souriant la veille. Il n'a plus de nom. Et toi non plus, tu n'as plus de nom, cramponné à la barre. Il n'y a plus que le bateau qui ait un nom et la tempête «.

Jean Anouilh, Antigone (Nouvelles pièces noires).

SUJET

Dans un commentaire composé vous préciserez le problème politique exposé par Créon et vous montrerez comment le vocabulaire, le rythme des phrases, le mouvement du texte traduisent à la fois son émotion et son désir de convaincre.
  




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Jean Anouilh, Antigone: CREON Corrigé de 1111 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Jean Anouilh, Antigone: CREON" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

Jean Anouilh, Antigone: CREON

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit