Jean ITARD et Victor de l'Aveyron

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< HUSSERL et l'essence de la géométrie. KANT et l'état de nature >>


Partager

Jean ITARD et Victor de l'Aveyron

Philosophie

Aperçu du corrigé : Jean ITARD et Victor de l'Aveyron



Publié le : 27/2/2008 -Format: Document en format HTML protégé

	Jean ITARD et Victor de l'Aveyron
Zoom

La venue au monde de l'homme est conditionnée par la rencontre et la complicité de deux hommes. Le plus souvent, celle-ci se déroule au sein d'une structure sociale : dès sa naissance, l'homme est baigné de culture, d'une culture particulière, contingente. Celle-ci lui enseigne les idées à partir desquelles il s'orientera dans la pensée, lui remet une autonomie que polissent des bonnes moeurs acquises, l'éduque. Bref, la culture incorpore dès sa venue au monde l'homme à une tradition, à un passé, le lie à d'autres hommes et à leurs valeurs.

Ainsi, l'homme est-il d'emblée pris en charge, assigné à un de ses possibles, défini. Il est élevé à une possibilité qui double une nature par là-même mystérieuse, insaisissable, trop intime pour être perçue. Le philosophe qui cherche à définir la nature humaine, est lui-même le fruit d'une tradition de pensée, d'une langue acquise. Comment délimiter l'apport de la culture? Est-il possible de prendre la nature humaine, pour ainsi dire, sur le vif? De définir un homme nu, une nature pure?

Seule la résolution de ces problèmes peut nous ouvrir une seconde question, dont l'enjeu est d'autant plus fort qu'il réfléchit sur le champ conceptuel et  l'orientatation des valeurs de celui-là même qui la pose. Cette seconde question : Que devons-nous à la culture dans la tradition de laquelle nous avons été élevés?

 



Jeté sur ce globe sans forces physiques et sans idées innées, hors d'état d'obéir par lui-même aux lois constitutionnelles de son organisation, qui l'appellent au premier rang du système des êtres, l'homme ne peut trouver qu'au sein de la société la place éminente qui lui fut marquée dans la nature, et serait, sans la civilisation, un des plus faibles et des moins intelligents des animaux : vérité, sans doute bien rebattue, mais qu'on n'a point encore rigoureusement démontrée... Les philosophes qui l'ont émise les premiers, ceux qui l'ont ensuite soutenue et propagée, en ont donné pour preuve l'état physique et moral de quelques peuplades errantes qu'ils ont regardées comme non civilisées parce qu'elles ne l'étaient point à notre manière, et chez lesquelles ils ont été puiser les traits de l'homme dans le pur état de nature. Non, quoi qu'on en dise, ce n'est point là encore qu'il faut le chercher et l'étudier. Dans la horde sauvage la plus vagabonde comme dans la nation d'Europe la plus civilisée, l'homme n'est que ce qu'on le fait être ; nécessairement élevé par ses semblables, il en a contracté les habitudes et les besoins ; ses idées ne sont plus à lui ; il a joui de la plus belle prérogative de son espèce, la susceptibilité de développer son entendement par la force de l'imitation et l'influence de la société. N.B. - Le Docteur Jean ITARD recueillit au siècle dernier l'« Enfant sauvage » et tenta de l'éduquer ; ce qui l'amena à poser le problème des rapports de la nature et de la culture.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Jean ITARD et Victor de l'Aveyron	Corrigé de 1511 mots (soit 3 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Jean ITARD et Victor de l'Aveyron " a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

Jean ITARD et Victor de l'Aveyron

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit