LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< En quoi la mise en scène peut-elle contribuer ... Comment l'art théâtral permet-il au personnag ... >>


Partager

Jean RACINE, Andromaque, acte III, scène 7

Littérature

Aperçu du corrigé : Jean RACINE, Andromaque, acte III, scène 7



document rémunéré

Document transmis par : romain39363


Publié le : 22/10/2010 -Format: Document en format HTML protégé

Jean RACINE, Andromaque, acte III, scène 7
Zoom

Afin de mettre un terme à une situation douloureuse, Pyrrhus présente à Andromaque un ultimatum : soit elle accepte de l'épouser — Pyrrhus s'engage alors à sauver Astyanax de la vindicte des Grecs —, soit il fait exécuter l'enfant sous ses yeux. On comprend alors la violence de l'échange : Pyrrhus va perdre ou gagner la femme qu'il aime, Andromaque va sauver ou condamner son fils. L'ampleur des enjeux explique pourquoi Pyrrhus déploie plusieurs stratégies différentes pour faire céder Andromaque.



 

PYRRHUS continue.

Madame, demeurez.
On peut vous rendre encor ce fils que vous pleurez.
Oui, je sens à regret qu’en excitant vos larmes
Je ne fais contre moi que vous donner des armes.
Je croyais apporter plus de haine en ces lieux.
Mais, Madame, du moins tournez vers moi les yeux.
Voyez si mes regards sont d’un juge sévère,
S’ils sont d’un ennemi qui cherche à vous déplaire.
Pourquoi me forcez-vous vous-même à vous trahir ?
Au nom de votre fils, cessons de nous haïr.
A le sauver enfin c’est moi qui vous convie.
Faut-il que mes soupirs vous demandent sa vie ?
Faut-il qu’en sa faveur j’embrasse vos genoux ?
Pour la dernière fois, sauvez-le, sauvez-nous.
Je sais de quels serments je romps pour vous les chaînes [1],
Combien je vais sur moi faire éclater de haines.
Je renvoie Hermione, et je mets sur son front,
Au lieu de ma couronne, un éternel affront.
Je vous conduis au temple où son hymen [2] s’apprête ;
Je vous ceins [3] du bandeau préparé pour sa tête.
Mais ce n’est plus, Madame, une offre à dédaigner :
Je vous le dis, il faut ou périr ou régner.
Mon cœur, désespéré d’un an d’ingratitude
Ne peut plus de son sort souffrir l’incertitude.
C’est craindre, menacer, et gémir trop longtemps.
Je meurs si je vous perds ; mais je meurs si j’attends
Songez-y : je vous laisse, et je viendrai vous prendre
Pour vous mener au temple où ce fils [4] doit m’attendre ;
Et là vous me verrez, soumis ou furieux,
Vous couronner, Madame, ou le perdre à vos yeux.

 




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1260 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Jean RACINE, Andromaque, acte III, scène 7" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit