LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Comment l'art théâtral permet-il au personnag ... En quoi l'introduction d'un double jeu entre ... >>


Partager

Jean RACINE: Britannicus, acte II, scène 4, 5, 6

Littérature

Aperçu du corrigé : Jean RACINE: Britannicus, acte II, scène 4, 5, 6



document rémunéré

Document transmis par : Camille39365


Publié le : 23/10/2010 -Format: Document en format HTML protégé

Jean RACINE: Britannicus, acte II, scène 4, 5, 6
Zoom

En 1677, après la création de Phèdre, la vie de Racine change : il abandonne le théâtre, rompt sa liaison avec la Champmeslé, se marie avec une riche bourgeoise, Catherine de Romanet, dont il aura sept enfants, se réconcilie avec Port-Royal et est nommé, enfin, historiographe du roi. Les biographes de Racine ont beaucoup épilogué sur les motifs de cette rupture. Certains y voient les conséquences d'une crise spirituelle provoquée par le remords d'une jeunesse orageuse. D'autres ont affirmé que Racine avait sacrifié le métier difficile de poète dramatique à une charge prestigieuse et bien rémunérée. La carrière de Racine sera donc, désormais, celle d'un courtisan. Il écrit des oeuvres de circonstance et accompagne le souverain dans ses campagnes militaires afin de remplir son office d'historiographe.



SCENE IV - NERON, JUNIE, NARCISSE
NARCISSE
Britannicus, Seigneur, demande la princesse ;
Il approche.
NÉRON
Qu'il vienne.
JUNIE
Ah ! Seigneur !
NÉRON
Je vous laisse.
Sa fortune dépend de vous plus que de moi :
Madame, en le voyant, songez que je vous voi.
SCENE V - JUNIE, NARCISSE
JUNIE
Ah ! cher Narcisse, cours au-devant de ton maître ;
Dis-lui... Je suis perdue ! et je le vois paraître.
SCENE VI - JUNIE, BRITANNICUS, NARCISSE
BRITANNICUS
Madame, quel bonheur me rapproche de vous ?
Quoi ! je puis donc jouir d'un entretien si doux ?
Mais, parmi ce plaisir, quel chagrin me dévore !
Hélas ! puis-je espérer de vous revoir encore ?
Faut-il que je dérobe avec mille détours,
Un bonheur que vos yeux m'accordaient tous les jours.
Quelle nuit ! quel réveil ! Vos pleurs, votre présence
N'ont point de ces cruels désarmé l'insolence !
Que faisait votre amant ? Quel démon envieux
M'a refusé l'honneur de mourir à vos yeux ?
Hélas ! dans la frayeur dont vous étiez atteinte,
M'avez-vous en secret adressé quelque plainte ?
Ma princesse, avez-vous daigné me souhaiter ?
Songiez-vous aux douleurs que vous m'alliez coûter ?
Vous ne me dites rien ! Quel accueil ! Quelle glace !
Est-ce ainsi que vos yeux consolent ma disgrâce ?
Parlez : nous sommes seuls. Notre ennemi, trompé,
Tandis que je vous parle, est ailleurs occupé.
Ménageons les moments de cette heureuse absence.
JUNIE
Vous êtes en des lieux tout pleins de sa puissance :
Ces murs mêmes, Seigneur, peuvent avoir des yeux ;
Et jamais l'empereur n'est absent de ces lieux.
BRITANNICUS
Et depuis quand, madame, êtes-vous si craintive ?
Quoi ! déjà votre amour souffre qu'on le captive ?
Qu'est devenu ce coeur qui me jurait toujours
De faire à Néron même envier nos amours ?
Mais bannissez, madame, une inutile crainte :
La foi dans tous les coeurs n'est pas encore éteinte ;
Chacun semble des yeux approuver mon courroux ;
La mère de Néron se déclare pour nous.
Rome, de sa conduite elle-même offensée...
JUNIE
Ah ! Seigneur ! vous parlez contre votre pensée.
Vous-même, vous m'avez avoué mille fois
Que Rome le louait d'une commune voix ;
Toujours à sa vertu vous rendiez quelque hommage.
Sans doute la douleur vous dicte ce langage.
BRITANNICUS
Ce discours me surprend, il le faut avouer :
Je ne vous cherchais pas pour l'entendre louer.
Quoi ! pour vous confier la douleur qui m'accable,
A peine je dérobe un moment favorable ;
Et ce moment si chère, madame, est consumé
A louer l'ennemi dont je suis opprimé !
Qui vous rend à vous-même, en un jour, si contraire ?
Quoi ! même vos regards ont appris à se taire ?
Que vois-je ? Vous craignez de rencontrer mes yeux !
Néron vous plairait-il ? Vous serais-je odieux ?
Ah ! si je le croyais !... Au nom des dieux, madame,
Eclaircissez le trouble où vous jetez mon âme.
Parlez. Ne suis-je plus dans votre souvenir ?
JUNIE
Retirez-vous, Seigneur ; l'empereur va venir.
BRITANNICUS
Après ce coup, Narcisse, à qui dois-je m'attendre ?




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 491 mots (soit 1 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Jean RACINE: Britannicus, acte II, scène 4, 5, 6" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit