LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< A. Malraux, dans l'Homme précaire et la litté ... En vous appuyant sur des exemples précis, vou ... >>


Partager

Julien Benda, écrivain et critique, se moquait d'un orateur qui louait quelqu'un en s'écriant : «Il avait formé ses idées au contact de la vie, et non pas dans les livres » Benda constatait : « Or, nous formons la plupart de nos idées et souvent les plus justes, dans les livres ». Le mépris des livres au nom de la vie est une ânerie ». Vous préciserez le problème posé par l'opposition de ces deux attitudes et l'étudierez en fonction de votre expérience.

Littérature

Aperçu du corrigé : Julien Benda, écrivain et critique, se moquait d'un orateur qui louait quelqu'un en s'écriant : «Il avait formé ses idées au contact de la vie, et non pas dans les livres » Benda constatait : « Or, nous formons la plupart de nos idées et souvent les plus justes, dans les livres ». Le mépris des livres au nom de la vie est une ânerie ». Vous préciserez le problème posé par l'opposition de ces deux attitudes et l'étudierez en fonction de votre expérience.



document rémunéré

Document transmis par : Antoxico15499


Format: Document en format HTML protégé

Julien Benda, écrivain et critique, se moquait d'un orateur qui louait quelqu'un en s'écriant : «Il avait formé ses idées au contact de la vie, et non pas dans les livres » Benda constatait : « Or, nous formons la plupart de nos idées et souvent les plus justes, dans les livres ». Le mépris des livres au nom de la vie est une ânerie ». Vous préciserez le problème posé par l'opposition de ces deux attitudes et l'étudierez en fonction de votre expérience.
x

Veuillez selectionner une image pour le sujet :
Julien Benda, écrivain et critique, se moquait d'un orateur qui louait quelqu'un en s'écriant : «Il avait formé ses idées au contact de la vie, et non pas dans les livres » Benda constatait : « Or, nous formons la plupart de nos idées et souvent les plus justes, dans les livres ». Le mépris des livres au nom de la vie est une ânerie ». Vous préciserez le problème posé par l'opposition de ces deux attitudes et l'étudierez en fonction de votre expérience.




• Le candidat se gardera avant tout de la démagogie anticulturelle qui consisterait à valoriser à l'excès l'expérience vécue, comme plus vraie, authentique, spontanée, réaliste, etc. De ce point de vue, on rappellera que le contact direct des événements, des situations, dans tous les domaines (historique, politique, social, affectif...) est souvent décevant, confus, contradictoire. Il faut un peu de théorie — tirée de la culture livresque — pour démêler l'écheveau des faits, les mettre en relation, distinguer les causes et les effets, etc. Bref, l'expérience vécue et la connaissance abstraite s'épaulent mutuellement. Et lorsque Gide dit à son lecteur (pour entrer dans la vie) : « Jette ce livre », c'est après l'avoir lu...


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 477 mots (soit 1 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Julien Benda, écrivain et critique, se moquait d'un orateur qui louait quelqu'un en s'écriant : «Il avait formé ses idées au contact de la vie, et non pas dans les livres » Benda constatait : « Or, nous formons la plupart de nos idées et souvent les plus justes, dans les livres ». Le mépris des livres au nom de la vie est une ânerie ». Vous préciserez le problème posé par l'opposition de ces deux attitudes et l'étudierez en fonction de votre expérience." a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit