NoCopy.net

Julien Gracq, Le Rivage des Syrtes.

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< FORÊT DE CRÉCY - Colette, Les Vrilles de la v ... LES MAINS D'ELSA - Louis Aragon, Le Fou d'Els ... >>


Partager

Julien Gracq, Le Rivage des Syrtes.

Littérature

Aperçu du corrigé : Julien Gracq, Le Rivage des Syrtes.



document rémunéré

Document transmis par : Pauline15494


Format: Document en format HTML protégé

Julien Gracq, Le Rivage des Syrtes.
Zoom

La Seigneurie d'Orsenna et le Farghestan qui lui fait face «par-delà la mer des Syrtes » sont en guerre depuis trois cents ans, mais les hostilités ont depuis longtemps cessé. Or voici qu'un certain nombre d'incidents menacent de ranimer le conflit. Aldo, un jeune officier d'Orsenna, et son amie Vanessa se rendent à l'île de Vezzano, dernier territoire d'Orsenna avant le Farghestan. Lorsque les falaises très blanches sortirent du miroitement des lointains de mer, Vezzano parut soudain curieusement proche. C'était une sorte d'iceberg rocheux, rongé de toutes parts et coupé en grands pans effondrés avivés par les vagues. Le rocher jaillissait à pic de la mer, presque irréel dans l'étincellement de sa cuirasse blanche, léger sur l'horizon comme un voilier sous ses tours de toile, n'eût été la mince lisière gazonnée qui couvrait la plate-forme, et coulait çà et là dans l'étroite coupure zigzagante des ravins. La réflexion neigeuse de ses falaises blanches tantôt l'argentait, tantôt le dissolvait dans la gaze légère du brouillard de beau temps, et nous voguâmes longtemps encore avant de ne plus voir se lever, sur la mer calme, qu'une sorte de donjon ébréché et ébouleux, d'un gris sale, qui portait ses corniches sourcilleuses au-dessus des vagues à une énorme hauteur. Des nuées compactes d'oiseaux de mer, jaillissant en flèche, puis se rabattant en volutes molles sur la roche, lui faisaient comme la respiration empanachés d'un geyser ; leurs cris pareils à ceux d'une gorge coupée, aiguisant le vent comme un rasoir et se répercutent longuement dans l'écho dur des falaises, rendaient l'île à une solitude malveillante et hargneuse, la muraient plus encore que ses falaises sans accès.   Sous la forme d'un devoir composé, en évitant de séparer la forme et le fond, vous commenterez ce texte de Julien Gracq. Vous pourrez par exemple étudier comment sont disposés et utilisés les di fférents éléments de la description, par quels procédés l'auteur chercher à créer une atmosphère de menace et de danger, et comme il laisse présager l'évolution de son récit vers le drame. Introduction L'univers romanesque de Gracq est organisé autour de l'attente : attente d'une femme (La Presqu'île); d'un ami qui ne revient pas (Le Roi Cophétua); de la guerre (Un balcon en forêt); ou, dans Le rivage des Syrthes, de la sortie d'une situation d'habitude et d'engluement (les trois cents ans de guerre sans guerre avec le Farghestan), mais qui signifie en même temps la reprise des hostilités, la destruction d'Orsenna, la mort. Cette attente est vécue par Aldo, le héros-narrateur, sous la forme d'une fascination à l'égard de la côte d'en face, au-delà d'une mer évacuée d'un accord tacite par les deux partis. Aldo va ainsi se faire le catalyseur de la catastrophe (la rupture de l'attente) en menant le navire qu'il commande faire « une croisière» — provocation devant la côte farghienne. Dans ce rôle, il est fortement poussé par sa maîtresse, Vanessa, qui subit la même fascination que lui. C'est justement Vanessa qui conduit son amânt jusqu'à l'île de Vezzano, le territoire d'Orsenna le plus proche de la côte farghienne, et d'où est visible un volcan qui surplombe cette côte, le Tàngri. La vision du Tàngri termine d'ailleurs la journée dans l'île de Vezzano. C'est dans cette perspective qu'il faut lire cet extrait. A travers l'apparition presque fantômatique de l'île, dont les contours sont rendus quasi immatériels — encore qu'écrasants — par les yeux de blancheur et de lumière, J. Gracq fait progresser sourdement une menace qui est porteuse de la guerre. S'étant fait envoyer, pour tromper l'ennui d'une vie oisive dans l'engourdissement prospère d'Orsenna, sur le « front des Syrtes », Aldo y voit céder les uns après les autres, les maillons du code d'oubli qui maintient l'équilibre et le sommeil des deux pays. Cette visite en est une étape décisive.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Julien Gracq, Le Rivage des Syrtes. Corrigé de 2638 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Julien Gracq, Le Rivage des Syrtes." a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

Julien Gracq, Le Rivage des Syrtes.

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit