NoCopy.net

KANT: un usage pratique de la raison

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< KANT: Beauté libre et beauté adhérente KANT: Comment définir le bonheur ? >>


Partager

KANT: un usage pratique de la raison

Philosophie

Aperçu du corrigé : KANT: un usage pratique de la raison



Publié le : 27/2/2008 -Format: Document en format HTML protégé

	KANT: un usage pratique de la raison
Zoom

 Ce texte est un extrait de la préface à la seconde édition de la Critique de la raison pure. Dans cette préface, Kant explicite ce qu’est la démarche critique et en montre tous les enjeux. La critique consiste, non pas à étendre plus loin notre savoir, mais au contraire à adopter un point de vue réflexif sur la production de ce savoir et ses conditions de légitimité. Il s’agit pour la raison de se retourner sur elle-même et de déterminer les bornes de son pouvoir, les limites de son champs d‘application. La critique produit donc une limite entre un domaine d’exercice légitime de la raison pure, et un domaine où elle ne pourrait pas avoir son mot à dire.

                A ce point de la présentation, le lecteur pourrait avoir l’impression que l’objectif de la Critique de la raison pure est purement négatif. Il s’agirait en effet simplement de limiter l’exercice de la raison pure en expliquant pourquoi certains objets lui sont par nature inaccessibles.  Dans l’extrait que nous commentons, Kant cherche justement à démentir cette opinion. Il y révèle en effet le véritable objectif de la Critique de la raison pure: il s’agit de ménager une place pour un usage pratique de la raison. La raison possède en effet deux aspects chez Kant: elle est « théorique « ou « pure « en tant qu’elle cherche à connaître, et elle est pratique en tant qu’elle pose les principes de l’agir humain. Elles correspondent à deux modalités du rapport de l’esprit à l’objet: le savoir pour la raison pure et la croyance pour la raison pratique. Le but de ce passage est donc de monter que l’aspect négatif de la critique (la restriction de l’exercice de la raison pure) n’est pas une fin en soi, mais n’est qu’un moment nécessaire pour permettre ce qui est le véritable objectif de Kant: une réhabilitation de la raison dans son usage pratique.

                La thèse du texte est donc énoncée ligne 9: « J’ai donc du supprimer le savoir pour lui substituer la croyance «. La problématique que nous adopterons est donc la suivante: en quoi est-il nécessaire de limiter notre pouvoir de connaître pour assurer la possibilité d’une morale? L’argumentation procède selon trois moments distincts:

                Du début à « … vues transcendantes «, Kant pose le véritable objectif de la critique: c’est la garantie d’un usage pratique de la raison qui s’impose de manière première et absolument nécessaire. Or, pour cela, il faut que soit possible une croyance en Dieu, la liberté et la nécessité. Ce n’est que dans la mesure où un usage illimité de la raison pure entre en contradiction avec la possibilité de cette croyance que sa critique devient nécessaire.

                Dans un second temps, de « car… « à « …substituer la croyance «. Kant explique pourquoi cet usage illimité de la raison pure empêche l’usage de la raison dans son aspect pratique.  Le principe de cette explication repose sur le fait que la raison pure n’a pour objet que des phénomènes, statut qu’il est impossible d’assigner aux objets de la croyance.

                Enfin, de « Le dogmatisme… « à la fin du texte, donne un second argument pour prouver la positivité de la critique: le discrédit dont fait objet la morale résulte de l’exercice non critique de la raison pure. La critique permettra donc de la réhabiliter.



Je ne saurais donc admettre Dieu, la liberté et l'immortalité selon le besoin qu'en a ma raison dans son usage pratique nécessaire, sans repousser en même temps les prétentions de la raison pure à des vues transcendantes, car, pour atteindre à ces vues, il lui faut se servir de principes qui ne s'étendent en réalité qu'à des objets de l'expérience possible et qui, si on les applique à une chose qui ne peut être objet d'une expérience, la transforment réellement et toujours en phénomène, et déclarent ainsi impossible toute extension pratique de la raison pure. J'ai donc dû supprimer le savoir pour lui substituer la croyance. Le dogmatisme de la métaphysique, ce préjugé qui consiste à vouloir avancer dans cette science sans commencer par une critique de la raison pure, voilà la véritable source de toute cette incrédulité qui s'oppose à la morale, et qui elle-même est toujours très dogmatique. KANT


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	KANT: un usage pratique de la raison	Corrigé de 2193 mots (soit 4 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " KANT: un usage pratique de la raison " a obtenu la note de : aucune note

KANT: un usage pratique de la raison

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit