NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Union européenne Wanda de Alfred de VIGNY - Recueil : "Les Des ... >>


Partager

Lettre à Mme Denis, de Voltaire

Littérature

Aperçu du corrigé : Lettre à Mme Denis, de Voltaire



Publié le : 15/2/2011 -Format: Document en format HTML protégé

Lettre à Mme Denis, de Voltaire
Zoom

Cette lettre s'insère dans l'ensemble significatif de celles qui furent écrites depuis 1750; certaines sont imprégnées de la joie vibrante causée par une déférente et flatteuse amitié, par l'enchantement d'un séjour dans un cadre somptueux, par le contact permanent avec une élite où l'esprit philosophique se donne libre carrière, et où l'ironie s'aiguise. Tout contribue à donner à Voltaire un sentiment de royauté intellectuelle, aussi bien qu'un rayonnant prestige.
 
 Mais bientôt l'admiration réciproque calmée fait place à une estimation plus juste des caractères; l'élan de l'affection enthousiaste est définitivement brisé. Il se change en antipathie secrète, puis en haine ouverte. La tendresse câline de Frédéric fait place au despotisme cruel et au froid calcul.
  



A Berlin, le 18 décembre 1752.

« On a pressé l'orange. «

Je vous envoie, ma chère enfant, les deux contrats du duc de Wurtemberg : c'est une petite fortune assurée pour votre vie. J'y joins mon testament. Ce n'est pas que je crois à votre ancienne prédiction que le roi de Prusse me ferait mourir de chagrin. Je ne me sens pas d'humeur à mourir d'une si sotte mort; mais la nature me fait beaucoup plus de mal que lui, et il faut toujours avoir son paquet prêt et le pied à l'étrier, pour voyager dans cet autre monde où, quelque chose qui arrive, les rois n'auront pas grand crédit.

Comme je n'ai pas dans ce monde-ci cent cinquante mille moustaches à mon service, je ne prétends point du tout faire la guerre. Je ne songe qu'à déserter honnêtement, à prendre soin de ma santé, à vous revoir, à oublier ce rêve de trois années.

Je vois bien qu'on a pressé l'orange; il faut penser à sauver l'écorce. Je vais me faire, pour mon instruction, un petit dictionnaire à l'usage des rois.
Mon ami me signifie mon esclave.

Mon cher ami, veut dire vous m'êtes plus qu'indifférent.

Entendez par : je vous rendrai heureux : je vous souffrirai tant que j'aurai besoin de vous.

Soupez avec moi ce soir signifie : je me moquerai de vous ce soir.

Le dictionnaire peut être long; c'est un article à mettre dans l'Encyclopédie.

Sérieusement, cela serre le cœur. Tout ce que j'ai vu est-il possible? Se plaire à mettre mal ensemble ceux qui vivent ensemble avec lui! Dire à un homme les choses les plus tendres, et écrire contre lui des brochures ! et quelles brochures ! Arracher un homme à sa patrie par les promesses les plus sacrées, et le maltraiter avec la malice la plus noire! Que de contrastes! Et c'est là l'homme qui m'écrivait tant de choses philosophiques, et que j'ai cru philosophe! Et je l'ai appelé le Salomon du Nord!

Vous vous souvenez de cette belle lettre qui ne vous a jamais rassurée. « Vous êtes philosophe «, disait-il, «' Je le suis de même «. Ma foi, Sire, nous ne le sommes ni l'un ni l'autre.

Ma chère enfant, je ne me croirai tel que quand je serai avec mes pénates et avec vous. L'embarras est de sortir d'ici. Vous savez ce que je vous ai mandé dans ma lettre du /er novembre. Je ne peux demander de congé qu'en considération de ma santé. Il n'y a pas moyen de dire : « Je vais à Plombières « au mois de décembre!

Il y a ici une espèce de ministre du saint Evangile, nommé Pérard, né comme moi en France; il demandait permission d'aller à Paris pour ses affaires : le roi lui fit répondre qu'il connaissait mieux ses affaires que lui-même, et qu'il n'avait nul besoin d'aller à Paris.

Ma chère enfant, quand je considère un peu en détail tout ce qui se passe ici, je finis par conclure que cela n'est pas vrai, que cela est impossible, qu'on se trompe, que la chose est arrivée à Syracuse il y a quelque trois mille ans; ce qui est bien vrai, c'est que je vous aime de tout mon cœur, et que vous faites ma consolation.

Lettre à Mme Denis (le 18 décembre 1752), de Voltaire.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2826 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Lettre à Mme Denis, de Voltaire" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit