NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Littérature japonaise par Alan Chatham de B ... L'oeuvre de Bach La " Bachgesellschaft ", f ... >>


Partager

La Littérature française par Loly Clerc Quand Pierre Viansson Ponté écrit dans " Le Monde " à la veille des événements de 1968 : " la France s'ennuie ", il ne pense pas seulement à la vie sociale mais aussi littéraire.

Culture générale

Aperçu du corrigé : La Littérature française par Loly Clerc Quand Pierre Viansson Ponté écrit dans " Le Monde " à la veille des événements de 1968 : " la France s'ennuie ", il ne pense pas seulement à la vie sociale mais aussi littéraire.



Publié le : 5/4/2015 -Format: Document en format HTML protégé

La Littérature française

par Loly Clerc

Quand Pierre Viansson Ponté écrit dans
Zoom

La Littérature française

par Loly Clerc

Quand Pierre Viansson Ponté écrit dans " Le Monde " à la veille des
événements de 1968 : " la France s'ennuie ", il ne pense pas seulement à la
vie sociale mais aussi littéraire. Les événements viennent semble-t-il le
contredire. N'est ce pas plutôt pour confirmer qu'il ne se passe rien, du
moins sur le plan des idées et partant, de la création littéraire ? À la fin du
siècle, les observateurs restent perplexes : peut-on parler d'effet durable
d'un mois de barricades sur trente ans de vie littéraire ?
La vérité semble ailleurs. Si rien ne change, tout se transforme : dans les
deux décennies qui suivent mai 1968, on assiste à l'éclosion d'une
contre-culture qui, elle même éphémère, laissera des traces, à la fin du
consensus autours des grands penseurs parce qu'aussi les idéologies qui
perduraient vont s'écrouler ; des minorités vont en revanche prendre la
parole et la garder longtemps : femmes, homosexuels, régionalistes,
écologistes, chacun utilisera le livre et l'expression littéraire pour faire
porter sa voix. On va découvrir l'avènement des médias, leur nouvelle
puissance, ceux-ci seront à l'origine d'une nouvelle politique éditoriale...
Tous ces mouvements ne signifient pas que des talents nouveaux
n'apparaissent pas, mais il s'agit maintenant d'une littérature atomisée,
éclatée en multiples tendances, multiples facettes dans laquelle il n'est pas
facile de se retrouver. Et le regard trop proche que l'on porte sur les années
passées provoque la myopie... Et donc probablement des lacunes.
Commençons par une sorte d'adieu. Parmi les géants qui nous quittent peu
à peu, certains vont entrer dans une forme de purgatoire. Ainsi, Aragon. Sa
fidélité depuis près d'un demi siècle au parti Communiste, dont il a accepté
et accompagné tous les retournements, le dessert. Il subit une injuste
impopularité dans la mesure où il ne peut être le bouc émissaire du
stalinisme. Mais à ceci s'ajoute une forme de déclin, après Blanche ou
L'Oubli, Je n'ai jamais appris à écrire ou Les Incipit, Le mentir, vrai série de
nouvelles dont la plus forte donne son titre au recueil a été écrite en 1964.
L'anticommunisme qui se développe à partir de l'entrée des chars russes à
Prague n'est pas étranger à l'effacement du poète. Même si en 1974, avec
Théâtre-Roman, se lit une vraie lucidité. À sa mort en 1982, il reste comme
une rancoeur contre cet immense talent qui a si longtemps joué le jeu des
masques, des miroirs, des dédoublements. Mais lorsqu'en 1996, Philippe
Caubert donne un récital des poèmes d'Aragon, il fait, dans toute la France,
salle comble, tous les soirs comme si enfin, le poète, Le Fou d'Elsa retrouvait
son public, les amoureux des mots... Ajoutons à cela que le premier volume

de son oeuvre romanesque rééditée (Gallimard) se trouve sur les listes des
meilleurs ventes en 1997, pendant plusieurs mois.
Fin mai 1968, Malraux défile sur les Champs-Élysées, en soutien au général
de Gaulle. Une photo fixe un visage fatigué, l'oeil clignotant, la mèche
défaite, l'allure bousculée comme s'il n'était pas tout à fait certain que sa
place est bien là. L'aventurier d'Indochine devenu ministre, c'est aussi
l'auteur des Antimémoires qui viennent d'être publiées. En fait, les
Antimémoires sont les éléments d'un ensemble qui s'élabore lentement de
1970 à 1976 : récits de rencontres avec les hommes politiques qui l'ont
marqué : Mao, Nehru, de Gaulle, puis des souvenirs de Résistance, des
réflexions sur les événements de mai 1968, une longue réflexion sur la
souffrance, la maladie, la mort. S'y ajoutent des textes déjà publiés : Lazare,
La Tête d'Obsidienne, Les Chênes qu'on abat... L'ensemble est indéfinissable
parce qu'il ne s'agit pas d'une autobiographie, ni de mémoires, mais bien
plutôt d'une méditation sur la condition humaine. Et tout en composant les
Antimémoires, Malraux continue sa réflexion sur l'art avec La métamorphose
des dieux (1976). Malraux disparaît la même année. Lui aussi sera remis en
question, critiqué et pourtant, il inspire bien des destins. La Tentation de
l'occident (1926), La Condition humaine, (1933) Les Conquérants (1928), L'Espoir
(1937) demeurent des classiques, et l'aventure et le questionnement face à la
condition humaine attire irrésistiblement la génération post
soixante-huitarde. Mais, il faut attendre là encore la fin du siècle, et l'entrée
de Malraux au Panthéon et qu'à cette occasion soit redécouvert le grand
écrivain, le penseur de l'Art avec la série des Musée imaginaire, Les Voix du
silence (1951) et les Métamorphoses des dieux (1976), l'extraordinaire lyrisme
de son oeuvre, de ses discours, comme l'inoubliable texte qu'il dit pour le
transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon, le 19 déc...


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 3786 mots (soit 6 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "La Littérature française par Loly Clerc Quand Pierre Viansson Ponté écrit dans " Le Monde " à la veille des événements de 1968 : " la France s'ennuie ", il ne pense pas seulement à la vie sociale mais aussi littéraire." a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit