LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Dans l'avant-propos de Jean-Jacques Rousseau, ... Livre I (pp. 56-57): «On ne put m'arracher l' ... >>


Partager

Livre I (Préambule, p. 43) - Confessions - Rousseau

Littérature

Aperçu du corrigé : Livre I (Préambule, p. 43) - Confessions - Rousseau



document rémunéré

Document transmis par : Cindy39972


Publié le : 30/10/2010 -Format: Document en format HTML protégé

Livre I (Préambule, p. 43) - Confessions - Rousseau
Zoom

Quand Rousseau, réfugié dans la principauté de Neufchâtel, commence à rédiger ses Confessions destinées à permettre au lecteur de le juger, un véritable élan le pousse vers une oeuvre de vérité. Sa ferveur exclut les longues considérations psychologiques et un court Préambule, version concentrée et agressive du Préambule du manuscrit de Neufchâtel, répond à l'exigence d'un engagement pathétique dans l'oeuvre. L'histoire d'une âme dans sa provocante singularité est proposée au lecteur.



« 1. Je forme une entreprise qui n'eut jamais d'exemple et dont l'exécution n'aura point d'imitateur. Je veux montrer à mes semblables un homme dans toute la vérité de la nature ; et cet homme ce sera moi.

  1. Moi seul. Je sens mon coeur et je connais les hommes. Je ne suis fait comme aucun de ceux que j'ai vus ; j'ose croire n'être fait comme aucun de ceux qui existent. Si je ne vaux pas mieux, au moins je suis autre. Si la nature a bien ou mal fait de briser le moule dans lequel elle m' a jeté, c'est ce dont on ne peut juger qu'après m'avoir lu.

  2. Que la trompette du Jugement dernier sonne quand elle voudra ; je viendrai, ce livre à la main, me présenter devant le souverain juge. Je dirai hautement : voilà ce que j'ai fait, ce que j'ai pensé, ce que je fus. J'ai dit le bien et le mal avec la même franchise. Je n'ai rien tu de mauvais, rien ajouté de bon, et s'il m'est arrivé d'employer quelque ornement indifférent, ce n'a jamais été que pour remplir un vide occasionné par mon défaut de mémoire ; j'ai pu supposer vrai ce que je savais avoir pu l'être, jamais ce que je savais être faux. Je me suis montré tel que je fus, méprisable et vil quand je l'ai été, bon, généreux, sublime quand je l'ai été : j'ai dévoilé mon intérieur tel que tu l'as vu toi-même. Être éternel, rassemble autour de moi l'innombrable foule de mes semblables ; qu'ils écoutent mes confessions, qu'ils gémissent de mes indignités, qu'ils rougissent de mes misères. Que chacun d'eux découvre à son tour son coeur aux pieds de ton trône avec la même sincérité ; et puis qu'un seul te dise, s'il l'ose : Je fus meilleur que cet homme-là. «




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1244 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Livre I (Préambule, p. 43) - Confessions - Rousseau" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit