LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< «Dans la mémoire des Français, le XVIIe siècl ... Utilité de la poésie >>


Partager

«Un long avenir se préparait pour (la culture française) du XVIIe (siècle). Même encore au temps du romantisme, les œuvres classiques continuent à bénéficier d'une audience considérable ; l'époque qui les a vu naître bénéficie au premier chef du progrès des études historiques ; l'esprit qui anime ses écrivains, curiosité pour l'homme, goût d'une beauté harmonieuse et rationnelle, continue à inspirer les créatures. Avec cette esthétique une autre ne pourra véritablement entrer en concurrence qu'au temps de Baudelaire et de Rimbaud, par le retour à une vision symbolique de l'univers, par l'invasion des images et par la conception d'une beauté tourmentée. Une réaction plus vive paraîtra se dessiner au derniers tiers du XXe siècle, par un besoin accru de modernité, par le progrès de l'irrationnel, notamment dans l'image de l'homme, par l'affaiblissement de la conscience religieuse. Mais ne serait-ce que pour faire contrepoids à ces tendances, la culture du XVIIe siècle, unissant les valeurs de la pensée et celles de l'art, garde d'irremplaçables vertus.» (J. Mesnard, Précis de littérature française du XVIIe siècle, PUF, 1990.) Êtes-vous d'accord avec ce critique pour voir ainsi la survivance du classicisme français du XVIIe siècle ?

Anthologie

Aperçu du corrigé : «Un long avenir se préparait pour (la culture française) du XVIIe (siècle). Même encore au temps du romantisme, les œuvres classiques continuent à bénéficier d'une audience considérable ; l'époque qui les a vu naître bénéficie au premier chef du progrès des études historiques ; l'esprit qui anime ses écrivains, curiosité pour l'homme, goût d'une beauté harmonieuse et rationnelle, continue à inspirer les créatures. Avec cette esthétique une autre ne pourra véritablement entrer en concurrence qu'au temps de Baudelaire et de Rimbaud, par le retour à une vision symbolique de l'univers, par l'invasion des images et par la conception d'une beauté tourmentée. Une réaction plus vive paraîtra se dessiner au derniers tiers du XXe siècle, par un besoin accru de modernité, par le progrès de l'irrationnel, notamment dans l'image de l'homme, par l'affaiblissement de la conscience religieuse. Mais ne serait-ce que pour faire contrepoids à ces tendances, la culture du XVIIe siècle, unissant les valeurs de la pensée et celles de l'art, garde d'irremplaçables vertus.» (J. Mesnard, Précis de littérature française du XVIIe siècle, PUF, 1990.) Êtes-vous d'accord avec ce critique pour voir ainsi la survivance du classicisme français du XVIIe siècle ?



Document transmis par : Aura49460


Publié le : 2/3/2011 -Format: Document en format HTML protégé

«Un long avenir se préparait pour (la culture française) du XVIIe (siècle). Même encore au temps du romantisme, les œuvres classiques continuent à bénéficier d'une audience considérable ; l'époque qui les a vu naître bénéficie au premier chef du progrès des études historiques ; l'esprit qui anime ses écrivains, curiosité pour l'homme, goût d'une beauté harmonieuse et rationnelle, continue à inspirer les créatures. Avec cette esthétique une autre ne pourra véritablement entrer en concurrence qu'au temps de Baudelaire et de Rimbaud, par le retour à une vision symbolique de l'univers, par l'invasion des images et par la conception d'une beauté tourmentée. Une réaction plus vive paraîtra se dessiner au derniers tiers du XXe siècle, par un besoin accru de modernité, par le progrès de l'irrationnel, notamment dans l'image de l'homme, par l'affaiblissement de la conscience religieuse. Mais ne serait-ce que pour faire contrepoids à ces tendances, la culture du XVIIe siècle, unissant les valeurs de la pensée et celles de l'art, garde d'irremplaçables vertus.» (J. Mesnard, Précis de littérature française du XVIIe siècle, PUF, 1990.) Êtes-vous d'accord avec ce critique pour voir ainsi la survivance du classicisme français du XVIIe siècle ?
Zoom

«Un long avenir se préparait pour (la culture française) du XVIIe (siècle). Même encore au temps du romantisme, les œuvres classiques continuent à bénéficier d'une audience considérable ; l'époque qui les a vu naître bénéficie au premier chef du progrès des études historiques ; l'esprit qui anime ses écrivains, curiosité pour l'homme, goût d'une beauté harmonieuse et rationnelle, continue à inspirer les créatures. Avec cette esthétique une autre ne pourra véritablement entrer en concurrence qu'au temps de Baudelaire et de Rimbaud, par le retour à une vision symbolique de l'univers, par l'invasion des images et par la conception d'une beauté tourmentée. Une réaction plus vive paraîtra se dessiner au derniers tiers du XXe siècle, par un besoin accru de modernité, par le progrès de l'irrationnel, notamment dans l'image de l'homme, par l'affaiblissement de la conscience religieuse. Mais ne serait-ce que pour faire contrepoids à ces tendances, la culture du XVIIe siècle, unissant les valeurs de la pensée et celles de l'art, garde d'irremplaçables vertus.« (J. Mesnard, Précis de littérature française du XVIIe siècle, PUF, 1990.) Êtes-vous d'accord avec ce critique pour voir ainsi la survivance du classicisme français du XVIIe siècle ?




Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Corrigé : Corrigé de 5 pages directement accessible

Le corrigé du sujet "«Un long avenir se préparait pour (la culture française) du XVIIe (siècle). Même encore au temps du romantisme, les œuvres classiques continuent à bénéficier d'une audience considérable ; l'époque qui les a vu naître bénéficie au premier chef du progrès des études historiques ; l'esprit qui anime ses écrivains, curiosité pour l'homme, goût d'une beauté harmonieuse et rationnelle, continue à inspirer les créatures. Avec cette esthétique une autre ne pourra véritablement entrer en concurrence qu'au temps de Baudelaire et de Rimbaud, par le retour à une vision symbolique de l'univers, par l'invasion des images et par la conception d'une beauté tourmentée. Une réaction plus vive paraîtra se dessiner au derniers tiers du XXe siècle, par un besoin accru de modernité, par le progrès de l'irrationnel, notamment dans l'image de l'homme, par l'affaiblissement de la conscience religieuse. Mais ne serait-ce que pour faire contrepoids à ces tendances, la culture du XVIIe siècle, unissant les valeurs de la pensée et celles de l'art, garde d'irremplaçables vertus.» (J. Mesnard, Précis de littérature française du XVIIe siècle, PUF, 1990.) Êtes-vous d'accord avec ce critique pour voir ainsi la survivance du classicisme français du XVIIe siècle ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit