LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Lucrèce et le témoignage des sens Lucrèce: la clairvoyance des yeux >>


Partager

Lucrèce: Pièté et Religion

Philosophie

Aperçu du corrigé : Lucrèce: Pièté et Religion



Publié le : 23/3/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Lucrèce: Pièté et Religion
Zoom

La possibilité de la mortalité des mondes pourrait éventuellement nous libérer de la crainte des dieux, et donc de la superstition. Il faut pour cela élaborer une connaissance de la nature. D'où le titre du traité de Lucrèce, dont le texte est tiré : De la nature. L'intérêt philosophique de ce texte tient sans doute à ce qu'il dévoile progressivement les ressorts de la croyance humaine en l'influence divine. L'angoisse est telle qu'elle nous jette dans les bras de la superstition. Elle renverse l'attitude sereine par laquelle nous pourrions prendre conscience de notre ignorance des causes naturelles. D'une certaine façon, nous avons affaire à un cercle vicieux : la sérénité est nécessaire à l'aveu de l'ignorance, mais la sérénité n'est atteinte que par qui a pu échapper à l'ignorance responsable de l'angoisse.

 



La piété, ce n'est pas se montrer à tout instant couvert d'un voile et tourné vers une pierre, et s'approcher de tous les autels ; ce n'est pas se pencher jusqu'à terre en se prosternant, et tenir la paume de ses mains ouvertes en face des sanctuaires divins ; ce n'est point inonder les autels du sang des animaux, ou lier sans cesse des voeux à d'autres voeux ; mais c'est plutôt pouvoir tout regarder d'un esprit que rien ne trouble. Car lorsque, levant la tête, nous contemplons les espaces célestes de ce vaste monde, et les étoiles scintillantes fixées dans les hauteurs de l'éther, et que notre pensée se porte sur les cours du soleil et de la lune, alors une angoisse, jusque-là étouffée en notre coeur sous d'autres maux, s'éveille et commence à relever la tête : n'y aurait-il pas en face de nous des dieux dont la puissance infinie entraîne d'un mouvement varié les astres à la blanche lumière ? Livré au doute par l'ignorance des causes, l'esprit se demande s'il y a eu vraiment un commencement, une naissance du monde, s'il doit y avoir une fin, et jusqu'à quand les remparts du monde pourront supporter la fatigue de ce mouvement inquiet ; ou bien si, doués par les dieux d'une existence éternelle, ils pourront prolonger leur course dans l'infini du temps et braver les forces puissantes de l'éternité ? Lucrèce


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2067 mots (soit 3 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Lucrèce: Pièté et Religion " a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit