NoCopy.net

MACHIAVEL et Romulus

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< MACHIAVEL: Un prince doit s'efforcer de se f ... Malebranche : Une raison universelle. >>


Partager

MACHIAVEL et Romulus

Philosophie

Aperçu du corrigé : MACHIAVEL et Romulus



Publié le : 27/2/2008 -Format: Document en format FLASH protégé

	MACHIAVEL et Romulus
Zoom

 Machiavel apparaît souvent comme le fondateur de la science politique. Il a en effet essayé d’établir dans Le prince, les différentes règles et les meilleures façons de gouverner une nation qu’elle soit une république, une principauté ou une monarchie. Machiavel, pour la postérité, représente le symbole du vice dans la politique. Ainsi, l’expression « machiavélique « est aujourd’hui plutôt employée de manière péjorative. Pourtant il n’est pas sûr que cette interprétation, cette lecture des thèses de Machiavel soit la bonne. Dans ce texte, Machiavel évoque l’utilisation de la violence dans la stratégie politique et surtout dans la fondation d’une république. N’est-elle pas un mauvais exemple pour les sujets ? Peut-on se servir de la violence si c’est pour une bonne cause ? Si la violence permet la fondation d’une nation, comment par la suite permettre à cette nation de fonctionner et de prospérer ? Machiavel est-il immoral ?



Qu'un fondateur de république, comme Romulus, mette à mort son frère, qu'il consente ensuite au meurtre de Titus Tatius, associé par lui à la royauté ; ces deux traits, aux yeux de bien des gens, passeront pour être d'un mauvais exemple : il semblerait convenu que les citoyens peuvent, à en juger d'après la conduite de leur prince, par ambition ou désir de commander, se défaire de leurs rivaux. Cette opinion serait fondée si l'on ne considérait la fin que se proposait Romulus par cet homicide. Il faut établir comme règle générale que jamais, ou bien rarement du moins, on n'a vu une république ni une monarchie être bien constituées dès l'origine ou totalement reformées depuis, si ce n'est par un seul individu ; Il lui est même nécessaire que celui qui a conçu le plan fournisse lui seul les moyens d'exécution. Ainsi, un habile législateur qui entend servir l'intérêt commun et celui de la patrie plutôt que le sien propre et celui de ses héritiers, doit employer toute son industrie pour attirer à soi tout le pouvoir. Un esprit sage ne condamnera jamais quelqu'un pour avoir usé d'un moyen hors des règles ordinaires pour régler une monarchie ou fonder une république. Ce qui est a désirer, c'est que si le fait l'accuse, le résultat l'excuse ; si le résultat est bon, il est acquitté ; tel est le cas de Romulus. Ce n'est pas la violence qui restaure, mais la violence qui ruine qu'il faut condamner. Le législateur aura assez de sagesse et de vertu pour ne pas léguer à autrui l'autorité qu'il a prise en main : les hommes étant plus enclins au mal qu'au bien, son successeur pourrait bien mésuser de l'autorité dont pour sa part il aura bien usé ; d'ailleurs un seul homme est bien capable de constituer un État, mais bien courte serait la durée et de l'État et de ses lois si l'exécution en était remise aux mains d'un seul ; le moyen de l'assurer, c'est de la confier aux soins et à la garde de plusieurs. En effet autant une assemblée est peu propre à bien fonder un État, vu la diversité des avis sur ce qui est le bien de cet État, autant, ce bien une fois connu, est-elle unanime à ne pas le laisser échapper. (1) MACHIAVEL


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	MACHIAVEL et Romulus	Corrigé de 2087 mots (soit 3 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " MACHIAVEL et Romulus " a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

MACHIAVEL et Romulus

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit