LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Â partir de deux ou trois cas concrets d'émo ... Définition classique des passions et définit ... >>


Partager

Maine de Biran écrit dans son journal, en 1822 : « Une personne que je croyais spirituelle me niait aujourd'hui qu'il y ait énergie sans passion et elle paraît avoir lié étroitement ces deux idées. J'ai soutenu fortement que là où il y avait passion entraînante, il n'y avait point de véritable énergie, malgré tous les signes de la plus grande force déployée. La véritable énergie est employée à combattre, et non à suivre les passions. » A qui donnez-vous raison : à Maine de Biran ou à Stendhal, son interlocuteur ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Maine de Biran écrit dans son journal, en 1822 : « Une personne que je croyais spirituelle me niait aujourd'hui qu'il y ait énergie sans passion et elle paraît avoir lié étroitement ces deux idées. J'ai soutenu fortement que là où il y avait passion entraînante, il n'y avait point de véritable énergie, malgré tous les signes de la plus grande force déployée. La véritable énergie est employée à combattre, et non à suivre les passions. » A qui donnez-vous raison : à Maine de Biran ou à Stendhal, son interlocuteur ?



Publié le : 22/6/2009 -Format: Document en format HTML protégé

	Maine de Biran écrit dans son journal, en 1822 : « Une personne que je croyais spirituelle me niait aujourd'hui qu'il y ait énergie sans passion et elle paraît avoir lié étroitement ces deux idées. J'ai soutenu fortement que là où il y avait passion entraînante, il n'y avait point de véritable énergie, malgré tous les signes de la plus grande force déployée. La véritable énergie est employée à combattre, et non à suivre les passions. » A qui donnez-vous raison : à Maine de Biran ou à Stendhal, son interlocuteur	?
Zoom

Introduction. — Analyse d'une passion : celle d'Harpagon par exemple : elle apparaît surtout avec deux caractères :
— une grande ardeur et une énergie formidable dans une direction unique;
— un assujettissement du sujet, sans ce§se harcelé par sa tendance, et qui la suit;
C'est sans doute ce qui aura donné lieu à la double opinion émise par Stendhal, d'une part; Maine de Biran, de l'autre. Y a-t-il incompatibilité entre les affirmations du psychologue de la passion et du philosophe de l' « effort « ?

I. — Chaque affirmation est exacte en elle-même.

A. La passion est une force :

1° En elle-même : c'est une inclination non pas abstraite mais concrète, ou plutôt un complexus d'inclinations individuelles et vivantes qui, sous l'influence de circonstances spéciales et après avoir mûri parfois longuement dans l'inconscient, a éclaté à l'extérieur, comme un torrent longtemps comprimé et qui emporte tout sur son passage.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 761 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Maine de Biran écrit dans son journal, en 1822 : « Une personne que je croyais spirituelle me niait aujourd'hui qu'il y ait énergie sans passion et elle paraît avoir lié étroitement ces deux idées. J'ai soutenu fortement que là où il y avait passion entraînante, il n'y avait point de véritable énergie, malgré tous les signes de la plus grande force déployée. La véritable énergie est employée à combattre, et non à suivre les passions. » A qui donnez-vous raison : à Maine de Biran ou à Stendhal, son interlocuteur ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit