Malebranche : Une raison universelle.

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< MACHIAVEL et Romulus Malembranche et les passions >>


Partager

Malebranche : Une raison universelle.

Philosophie

Aperçu du corrigé : Malebranche : Une raison universelle.



Publié le : 27/2/2008 -Format: Document en format HTML protégé

	Malebranche : Une raison universelle.
Zoom

« Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée «. Philosophe post-cartésien, Malebranche fait sienne la remarque de l’auteur du Discours de la Méthode en la problématisant à sa façon. En effet, comme Descartes, Malebranche est assuré que la raison est un bien universellement partagé entre les hommes, et jamais nous ne le voyons déclarer dans ce texte que certains en sont plus, ou moins, pourvus que tous les autres. Cependant, l’universelle possession de la raison ne fait pas de l’ensemble des humains autant de philosophes. Malebranche montre bien, et c’est tout le propos de son texte, que la raison est à la fois considérée par tous, et délaissé par chacun, car elle coute de la peine et se fait préférer aux plaisirs actuels que les sens peuvent éprouver à moindre frais.
 Nous nous demanderons donc avec Malebranche par quel mécanisme les hommes délaissent la raison, qui leur procurerait un bonheur durable, pour les joies actuelles mais éphémères des sens.
 Nous suivrons l’argumentation de Malebranche qui s’articule en deux parties : premièrement, nous expliciterons le problème de la dualité de la raison et des sens, en montrant comment les plaisirs de ces derniers se font préférer aux travaux austères de l’intelligence.
 Puis nous démonterons le mécanisme exposé par le philosophe, mécanisme sophistique d’une pensée paradoxale, par laquelle les hommes délaissent la raison au nom de la raison même.
 



Tout le monde se pique de raison, et tout le monde y renonce : cela parait se contredire, mais rien n'est plus vrai. Tout le monde se pique de raison, parce que tout homme porte écrit dans le fond de son être que d'avoir part a la raison, c'est un droit essentiel a notre nature. Mais tout le monde y renonce parce qu'on ne peut s'unir a la raison, et recevoir d'elle la lumière et l'intelligence, sans une espèce de travail fort désolant, a cause qu'il n'y a rien qui flatte les sens. Ainsi les hommes voulant invinciblement être heureux, ils laissent la le travail de l'attention, qui les rend actuellement malheureux. Mais s'ils le laissent, ils prétendent ordinairement que c'est par raison. Le voluptueux croit devoir préférer les plaisirs actuels a une vue sèche et abstraite de la vérité qui coûte néanmoins beaucoup de peine. L'ambitieux prétend que l'objet de la passion est quelque chose de réel, et que les biens intelligibles ne sont qu'illusions et que fantômes ; car d'ordinaire, on juge de la solidité des biens par l'impression qu'ils font sur l'imagination et sur les sens. Il y a même des personnes de pitié, qui prouvent par raison qu'il faut renoncer a la raison, que ce n'est point la lumière mais la foi seule qui doit nous conduire et que L'obéissance aveugle est la principale vertu des chrétiens. Malebranche (Nicolas)


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Malebranche : Une raison universelle.	Corrigé de 1852 mots (soit 3 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Malebranche : Une raison universelle. " a obtenu la note de : aucune note

Malebranche : Une raison universelle.

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit