LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< L'actualité des Lettres philosophiques COMMENTAIRE COMPOSÉ : Lettre XXV, Sur les Pen ... >>


Partager

Marot, Epître au Roy pour sa délivrance

Littérature

Aperçu du corrigé : Marot, Epître au Roy pour sa délivrance



document rémunéré

Document transmis par : Manonk40436


Publié le : 5/11/2010 -Format: Document en format HTML protégé

Marot, Epître au Roy pour sa délivrance
Zoom

Marot (1496-1544) cultive une ingénuité savante qui donne à son ½uvre son caractère original. Il excelle à traiter avec audace et habileté des sujets délicats, et pratique un humour subtil : sur un ton grave, il formule une vérité évidente, conduit un raisonnement absurde ou atteste son innocence en répondant à côté de la question. En outre, il a créé son style. Les jeux des rhétoriqueurs prennent dans sa poésie une fraîcheur nouvelle : chez lui, le coq-à-l'âne, le calembour ont quelque chose d'aimable et de spontané. Plus souvent, il se contente de tours très simples, qui répondent à la naïveté de l'inspiration. Il utilise le décasyllabe qui s'adapte avec bonheur au ton de sa causerie : le vers de Marot, assoupli par l'enjambement, crée une impression de légèreté pimpante.
 
 Emprisonné en 1527 pour avoir prêté main-forte à un prisonnier qui s'évadait, Marot s'adresse au roi afin d'obtenir sa délivrance.



Roi des Français, plein de toutes bontés.
 Quinze jours a, je les ai bien comptés,
 Et dès demain seront justement seize,
 Que je fus fait confrère au diocèse
 De Saint-Mary, en l' église Saint-Pris.
 Si vous dirai comment je fus surpris,
 Et me déplaît qu' il faut que je le die.
 Trois grands pendards vinrent à l' étourdie
 En ce palais me dire en désarroi :
 " Nous vous faisons prisonnier, par le Roi ."
 Incontinent, qui fut bien étonné ?
 Ce fut Marot, plus que s'il eût tonné.
 Puis m'ont montré un parchemin écrit,
 Où n'y avait seul mot de Jésus-Christ :
 Il ne parlait tout que de plaiderie,
 De conseillers et d'emprisonnerie.
 " Vous souvient-il, ce me dirent-ils lors,
 Que vous étiez l'autre jour là-dehors,
 Qu'on recourut (délivra) un certain prisonnier
 Entre nos mains ? " Et moi de le nier !
 Car, soyez sûr, si j'eusse dit oui,
 Que le plus sourd d'entre eux m'eût bien ouï
 Et d'autre part, j'eusse publiquement
 Eté menteur : car, pourquoi et comment
 Eussé-je pu un autre recourir,
 Quand je n'ai su moi-même secourir ?




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1019 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Marot, Epître au Roy pour sa délivrance" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit