NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Est on toujours responsable de ses actes ? Est-ce au peuple qu'il appartient de faire l ... >>


Partager

Est-ce au même titre que l'on parle de sciences de la nature et de sciences de l'homme ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Est-ce au même titre que l'on parle de sciences de la nature et de sciences de l'homme ?



Publié le : 1/9/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Est-ce au même titre que l'on parle de sciences de la nature et de sciences de l'homme	?
Zoom

L'interrogation porte sur les manières de nommer : « Est-ce au même titre que l'on parle de sciences de la nature et de sciences de l'homme ? « En d'autres termes, cela revient à demander : utilise-t-on à bon droit l'expression «sciences de l'homme« quand on veut désigner les différents savoirs qui ont l'homme comme objet, au sens précisé précédemment ?
Mais il faut aller plus loin. La question sur le nom porte en elle une question sur la chose : ces différents savoirs sur l'homme sonf-ils des sciences? Un élément joue ici un rôle important: l'expression «au même titre«. Cela peut s'entendre de plusieurs manières : utilisent-elles les mêmes méthodes? Ont-elles le même degré d'exactitude? Ou, plus généralement, sont-elles des sciences comme les sciences de la nature (avec la possibilité qu'elles ne soient pas des sciences du tout)? Selon les interprétations, la question n'a pas le même sens. La problématique consiste donc ici plus que jamais à élucider la question, à la «tirer au clair«.



c) Les sciences humaines d'inspiration positiviste prétendent donc ramener la réalité humaine à des normes expérimentales et objectives dont elles proclament l'universalité. Ce faisant : 1) elles réduisent l'homme à un pur objet, une chose parmi les choses, ce qu'il n'est pas puisque sa réalité dernière est d'être un sujet ; 2) elles morcellent l'homme réduit à une chose en une multitude de fragments dont chacun fait l'objet d'une science particulière. Mais elles se révèlent incapables de reconstituer ce qu'elles ont brisé en en rendant compte au sein d'une science de l'homme unitaire. Cette impossibilité de constituer une science unique reste d'ailleurs le problème central des sciences de l'homme, quels que soient leurs inspirations et leurs fondements épistémologiques. * Les sciences humaines structurales. a) Le courant structuraliste dans les sciences humaines prolonge celui du positivisme dans la mesure où il s'efforce de fonder les sciences humaines sur des bases rigoureuses en prenant cette fois pour modèle le formalisme axiomatique des mathématiques. b) L'adoption de la méthode structurale par les sciences humaines a conduit à une remise en cause radicale de l'idée de « l'homme «, dans lequel on ne veut plus voir un sujet ni même un objet, mais une entité illusoire que la science doit dépasser. « Le but dernier des sciences humaines, écrit C. Lévi-Strauss, n'est pas de constituer l'homme, mais de le dissoudre « (cf. La Pensée sauvage, pp.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 982 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Est-ce au même titre que l'on parle de sciences de la nature et de sciences de l'homme ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit