Montaigne: Barbarie et sauvagerie

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Montaigne: vanité et imagination MARC AURÈLE (121-180): Le temps de la vie de ... >>


Partager

Montaigne: Barbarie et sauvagerie

Philosophie

Aperçu du corrigé : Montaigne: Barbarie et sauvagerie



Publié le : 25/3/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Montaigne: Barbarie et sauvagerie
Zoom

Montaigne exprime dans ce texte une vérité qui est pourtant totalement reniée à son époque, à savoir que l’on juge la culture des autres en fonction de notre propre culture, ou plus exactement de notre propre éducation. Levi-Strauss reprendra bien plus tard ce concept, et soulèvera une polémique -tout comme Montaigne- sur l’usage du terme « barbare «. Car si nous, Européens, considérons comme barbares d’autres nations, pourquoi est-ce que les autres peuples aussi ne jugeraient-ils pas nos mœurs comme sauvages ?

 



Or je trouve [...] qu'il n'y a rien de barbare et de sauvage en cette nation, à ce qu'on m'en a rapporté, sinon que chacun appelle barbarie ce qui n'est pas de son usage ; comme de vrai il semble que nous n'avons autre mire de la vérité et de la raison que l'exemple et idée des opinions et usances du pays où nous sommes. Là est toujours la parfaite religion, la parfaite police, le parfait et accompli usage de toutes choses. Ils sont sauvages, de même que nous appelions sauvages les fruits que nature, de soi et de son progrès ordinaire, a produits : là où, à la vérité, ce sont ceux que nous avons altérés par notre artifice et détournés de l'ordre commun, que nous devrions appeler plutôt sauvages [... ]. Nous pouvons donc bien appeler barbares [les Américains], eu égard aux règles de la raison, mais non pas eu égard à nous, qui les surpassons en toute sorte de barbarie. Leur guerre est toute noble et généreuse, et a autant d'excuse et de beauté que cette maladie en peut recevoir ; elle n'a d'autre fondement parmi eux que la seule jalousie de la vertu. Ils ne sont pas en débat de la conquête de nouvelles terres, car ils jouissent encore de cette abondance naturelle qui les fournit sans travail et sans peine de toutes choses nécessaires, en telle abondance qu'ils n'ont que faire d'agrandir leurs limites. Ils sont encore en cet heureux point de ne désirer qu'autant que leurs nécessités naturelles leur ordonnent ; tout ce qui est au-delà est superflu pour eux. Montaigne


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Montaigne: Barbarie et sauvagerie	Corrigé de 1005 mots (soit 2 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Montaigne: Barbarie et sauvagerie " a obtenu la note de : aucune note

Montaigne: Barbarie et sauvagerie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit