LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Descartes: L'argument d'autorité est-il conf ... Hegel: La raison est-elle une construction d ... >>


Partager

Montaigne: Peut-on se fier à la raison ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Montaigne: Peut-on se fier à la raison ?



Publié le : 11/3/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Montaigne: Peut-on se fier à la raison ?
Zoom

Dans un premier temps, Montaigne présente sa thèse, que nous pouvons retrouver dans la première phrase de notre texte : « La participation que nous avons à la connaissance de la vérité, quelle qu'elle soit, ce n'est pas par nos propres forces que nous l'avons acquise «. Par le terme même de « participation «, nous comprenons que nous avons part à la connaissance, sans que cette participation ne vienne entièrement de nous, ce qui est confirmé par la fin de la phrase.  Montaigne choisit comme paradigme de la connaissance la connaissance de Dieu. Il y a une incommensurabilité entre le savoir humain et la vérité divine, exprimée plus loin dans le texte par les termes antithétiques « connaissance supernaturelle et céleste « et « nos moyens naturels et terrestres «.  L’homme ne pourrait donc par ses propres forces comprendre une vérité divine qui n’a rien de commun avec ses propres capacités. Cela est confirmé par le fait que Dieu a choisi pour se révéler non pas les plus sages et les érudits, mais les simples d’esprit : les gens les plus pieux sont aussi les gens les plus simples, ceux qui savent faire preuve d’humilité. Cela montre bien que ce n'est pas de leur propre chef et par la force de leur raison qu’ils ont pu accéder à une réalité divine, mais bien parce qu’ils ont reçu la vérité divine par la « libéralité d’autrui «, c'est-à-dire par le bon vouloir de Dieu.



La participation que nous avons à la connaissance de la vérité, quelle qu'elle soit, ce n'est pas par nos propres forces que nous l'avons acquise. Dieu nous a assez appris cela par les témoins qu'il a choisis du vulgaire, simples et ignorants, pour nous instruire de ses admirables secrets : notre foi, ce n'est pas notre acquêt', c'est un pur présent de la libéralité d'autrui. Ce n'est pas par discours ou par notre entendement que nous avons reçu notre religion, c'est par autorité et par commandement étranger. La faiblesse de notre jugement nous y aide plus que la force, et notre aveuglement plus que notre clairvoyance. C'est par l'entremise de notre ignorance plus que notre science que nous sommes savants de ce divin savoir. Ce n'est pas merveille si nos moyens naturels et terrestres ne peuvent concevoir cette connaissance supernaturelle et céleste ; apportons-y seulement du nôtre l'obéissance et la sujétion. (...] Si me faut-il voir enfin s'il est en la puissance de l'homme de trouver ce qu'il cherche, et si cette quête qu'il a employée depuis tant de siècles, l'a enrichi de quelque nouvelle force et de quelque vérité solide. Je crois qu'il me confessera, s'il parle en conscience, que tout l'acquêt qu'il a retiré d'une si longue poursuite, c'est d'avoir appris à reconnaître sa faiblesse. L'ignorance qui était naturellement en nous, nous l'avons, par longue étude, confirmée et avérée. Il est advenu aux gens véritablement savants ce qui advient aux épis de blé : ils vont s'élevant et se haussant, la tête droite et fière, tant qu'ils sont vides ; mais, quand ils sont pleins et grossis de grain en leur maturité, ils commencent à s'humilier et à baisser les cornes. Pareillement, les hommes ayant tout essayé et tout sondé, n'ayant trouvé en cet amas de science et provision de tant de choses diverses rien de massif et ferme, et rien que vanité, ils ont renoncé à leur présomption et reconnu leur condition naturelle.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1764 mots (soit 3 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Montaigne: Peut-on se fier à la raison ? " a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit