NoCopy.net

LE MYTHE DU COW-BOY

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Croyez Vous Qu'Une Bonne Histoire Est Celle Q ... Correction du commentaire composé d'un extrai ... >>


Partager

LE MYTHE DU COW-BOY

Ressources gratuites

Aperçu du corrigé : LE MYTHE DU COW-BOY



Document transmis par : Meelissa17231


Publié le : 16/9/2006 -Format: Document en format HTML protégé

LE MYTHE DU COW-BOY
Zoom

 

 

            La construction du territoire américain est intimement liée à la légende de la Conquête de l’Ouest et au mythe, toujours vivace, du cow-boy.

            L’influence de ce mythe se manifeste déjà en 1890, en Europe, lorsque le poète symboliste français Jules Laforgue décrit le Far-West tel qu’il le rêve avec Albums publié dans Des fleurs de bonne volonté. L’influence mondiale se manifeste encore, un siècle plus tard, avec les cigarettes Marlboro exploitant l’image du cow-boy dans la publicité publiée dans la presse française. C’est sans doute pourquoi l’écrivain américain Gary N. Granville analyse le mythe, dans un article paru dans Le Courrier de l’Unesco en 1989, et fait du cow-boy le chevalier des temps modernes. Il importe donc qu’un historien et spécialiste de l’anthropologie américaine, Philippe Jacquin, apporte des éclairages sur la naissance du mythe, sa construction, et l’intérêt qu’il revêt pour les Américains, dans deux revues : Calades Arts et Cultures, en février 1994, au fil d’un entretien « Les mythes de la réalité «, et L’Histoire, en mai 1999, dans son article « Le mythe de l’Ouest américain «.

            Quelles sont donc les raisons de l’emprise et de la permanence du mythe du cow-boy ?

            Il faut remonter à ses origines, à sa constitution, pour comprendre l’attrait qu’il a exercé ainsi que son actualité, sa pérennité, tant aux Etats-Unis que dans le monde entier.

 

           Quelles sont les sources du mythe ? Où et comment le cow-boy est-il né ?

           L’ensemble des documents textuels en témoigne, le cow-boy est né dans le Nouveau Monde. Il vit dans l’ouest américain. P. Jacquin ajoute « au-delà du Mississipi « et J. Laforgue circonscrit cet espace aux régions « entre la mer et les Etats Mormons « caractérisées par les Montagnes Rocheuses et de vastes plaines, les Prairies. Le mythe date de plus d’un siècle, rappelle G.N. Granville. Il est lié au contexte historique de la Conquête de l’Ouest et de la Ruée vers l’or évoquée par J. Laforgue et P. Jacquin situe plus précisément sa naissance au cours des années 1880.

            Dans son entretien, P. Jacquin fait apparaître que c’est un mythe littéraire, forgé par les voyageurs et les journalistes qui relataient les guerres menées contre les Indiens. Il précise, dans son article, que la figure du cow-boy, inspirée de la réalité, est inventée pour les magazines, puis s’ancre, au début du XXe siècle, dans la tradition romanesque. Ce nouveau type d’homme connaît un succès rapide : J. Laforgue en reprend  tous les stéréotypes dès 1890. Peinture et photographie participent à la création du mythe que le western entretiendra par la suite.

            Cependant, le cow-boy des romans et des films est bien éloigné de la réalité. En effet, explique P. Jacquin, les cow-boys n’étaient que des gardeurs de troupeaux, le terme était d’ailleurs dépréciatif. Ils n’avaient donc pas d’arme et vivaient dans les bas quartiers des villes lorsqu’ils n’étaient pas sur les pistes. Dans son entretien, l’historien insiste sur la discrimination qui les touchait, d’autant qu’ils étaient, en général, noirs ou métis. Or le mythe transforme cette image : associé aux plus dignes trappeurs et chasseurs d’Indiens, le cow-boy de légende, constate P. Jacquin, ne s’occupe plus du bétail et il est armé. Surtout, il est à cheval, tel qu’évoqué par G.N. Granville, et si, d’ailleurs, le cheval est bien présent dans la publicité, seul le lasso symbolise sa fonction. Enfin, l’homme est devenu un WASP : blanc, blond, aux yeux bleus. P. Jacquin attribue cette métamorphose à la volonté de créer un idéal.

 

            Cette vision idéalisée explique l’attrait que le mythe exerce.

            En effet, le cow-boy représente  l’archétype physique et moral du « héros «. Il est reconnaissable aux vêtements qu’il porte, en cuir selon J. Laforgue, et surtout au jean, emblématique insiste G.N. Granville, aux bottes et au Stetson. Ainsi, avec son physique de WASP, grand, jeune, comme le souligne P. Jacquin, il incarne la virilité, mise en évidence par la publicité. Son aptitude à  domestiquer les chevaux, précise G.N. Granville, illustrée par l’animal cabré de la publicité, ou à participer aux rodéos, évoqués par P. Jacquin, fait de lui un homme fort, supérieur. L’historien explique également que, sur le plan moral, le cow-boy est un homme d’honneur, courageux. Ce que confirme G.N. Granville en définissant sa mission : représenter la justice et s’approprier, ainsi, les valeurs du preux chevalier médiéval. Cet « esprit chevaleresque « confirmé par P. Jacquin, lui permet de développer une existence individualiste, adaptée au contexte de la vie sauvage de l’ouest américain.

            Car le cow-boy symbolise un mode de vie spécifique au sein des grands espaces vierges. Dans son entretien, P. Jacquin indique que c’est ce qui a fait rêver les Américains de l’Est industriel et urbain ; et les Européens, comme en témoigne le poème… Tous les documents se rejoignent sur ce point : le cow-boy mène une vie, nomade, libre, indépendante et solitaire, en harmonie avec la nature ; une nature où l’on peut effectuer un retour aux vraies valeurs précise l’historien. C’est cette image que J. Laforgue développe au fil de ses métaphores. Le cow-boy dort à la belle étoile ; il a rompu avec le monde civilisé et vagabonde dans des étendues sans limites, celles suggérées en arrière-plan de la publicité, où tout est à construire, créer, en toute autonomie. Mais ce monde sauvage, soulignent l’historien et le poète, est aussi un univers de brutalité, de violence : les hommes y vivent sans respect de la légalité, soumis à une seule loi, celle « de Lynch «…

 

            Ce mythe a donc été et reste adapté aux aspirations, au contexte historique et culturel, américains, mais pas seulement.

            Le cow-boy personnifie des idées chères aux Américains, affirme P. Jacquin. Dans la continuité historique des Etats-Unis, il demeure, en effet, la figure héroïque du pionnier, le constructeur d’un monde nouveau. C’est d’ailleurs ce que le poème de J. Laforgue met en lumière. Car, face à la civilisation urbaine et industrielle de l’Est, à la fin du XIXe siècle, le cow-boy incarne la nostalgie de la première Amérique, rurale et sauvage : mythologie à laquelle se réfère aujourd’hui le rodéo, même si cela n’a plus grand-chose à voir avec les Prairies et les élevages du Far-West, signale l’historien.. Selon ce dernier, le mythe sert ainsi à établir le lien entre l’Est et l’Ouest : le cow-boy est le modèle du « vrai américain « dans lequel chacun peut se reconnaître. Ainsi popularisé et démocratisé, comme l’analyse G.N. Granville, rien d’étonnant que, signale P. Jacquin, des hommes politiques, comme H. Kissinger ou des sénateurs, s’y identifient pour toucher la population. De même, lorsque des cigarettes américaines font du cow-boy leur image de marque ou quand le western des années 1990 exploite sa figure, cela ne fait que renforcer le mythe qui est donc toujours d’actualité.

            Parallèlement, le mythe et ses valeurs ont conquis le monde entier. Il est significatif que la représentation du Nouveau Monde et du cow-boy, idéal de vie libre et pastorale, soit reprise par un poète français qui exalte « l’Age d’or «, celui des « premiers âges «. G.N. Granville donne les raisons de cette extension du mythe : le cow-boy est le successeur du chevalier médiéval, appartenant à la tradition littéraire européenne, mais ce dernier renvoyait à une société élitiste et dépassée. Le cow-boy répond mieux aux aspirations égalitaires et démocratiques d’un monde qui s’est enraciné dans les révolutions américaine et française du XVIIIe siècle. L’écrivain américain insiste par ailleurs sur les habitudes de vie qui s’inspirent du mythe et le pérennise : le jean, particulièrement, est porté dans le monde entier. Quant à l’image publicitaire, elle rappelle qu’une puissance hégémonique comme les Etats-Unis impose ses valeurs au travers de cette figure emblématique photographiée en plan américain ! Le héros mythique fait toujours recette.

 

            Le mythe du cow-boy fascine donc toujours. De ses origines littéraires, il conserve des caractéristiques qui font de lui un personnage imaginaire, mais, en tant qu’ archétype du héros vivant au sein de la nature sauvage, il véhicule des valeurs dans lesquelles non seulement les Américains mais aussi le monde entier se reconnaissent.




Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Corrigé : LE MYTHE DU COW-BOY Corrigé de 1 pages directement accessible

Le corrigé du sujet "LE MYTHE DU COW-BOY" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

LE MYTHE DU COW-BOY

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit