LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Est-ce la conscience qui fait l'identité per ... Est-ce la volonté du plus grand nombre qui f ... >>


Partager

Est-ce la nécessité qui pousse l'homme a travailler ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Est-ce la nécessité qui pousse l'homme a travailler ?



Publié le : 2/9/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Est-ce la nécessité qui pousse l'homme a travailler  	?
Zoom

Le travail ne doit pas être pensé dans l'horizon de la survie : par son travail, l'homme cultive et humanise la nature (Marx) et se cultive lui-même. Tel est le sens de la dialectique du maître et de l'esclave chez Hegel : le maître, c'est-à-dire celui qui jouit du travail d'autrui sans rien faire lui-même, est finalement le véritable esclave ; et l'esclave, qui apprend à se discipliner et acquiert patiemment' un savoir-faire, devient maître de lui comme de la nature. Alors qu'il était une contrainte subie et la marque de l'esclavage, le travail devient moteur de notre libération.



c) Mais la pénurie de la nature ne peut être définie indépendamment des besoins de l'homme. Elle leur est relative. Deuxième partie : Des besoins trop nombreux ? a) L'oisiveté de l'homme à l'état de nature, selon Rousseau, ne résulte pas que de la « fertilité naturelle » de la terre ; elle vient aussi de ce que ses désirs « ne passent pas ses besoins physiques » (Discours sur l'inégalité). L'accord immédiat de notre nature avec la nature supprime le travail. b) Ce qui nous conduit à travailler serait alors une inadéquation entre nous et la nature, qui s'élargit démesurément lorsque nous laissons nos besoins étendre leurs exigences. Les désirs insatiables de l'homme le poussent à travailler. L'homme est la victime de sa propre démesure : qu'il limite ses besoins, s'il veut moins travailler, à ceux qui sont naturels et nécessaires. En devenant maître de lui-même, l'homme s'épargnerait le souci de devenir maître de la nature. Cf.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 4526 mots (soit 7 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Est-ce la nécessité qui pousse l'homme a travailler ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit