LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Article L. 311-25 du code de la consommation: ... Article D. 141-9 du Code du travail : comment ... >>


Partager

Népal

Echange

Aperçu du corrigé : Népal



Publié le : 11/4/2013 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Népal
Zoom


1 PRÉSENTATION

Népal, en népalais Nepal, pays d’Asie situé sur les pentes sud de l’Himalaya. Sa capitale est Katmandou.

Le Népal est enclavé entre le Tibet au nord, et l’Inde et le Bangladesh au sud. Longtemps resté isolé, le Népal est contraint d’entretenir des relations amicales avec ses puissants voisins, la Chine et l’Inde ; s’il dépend toujours de ce dernier pour son commerce extérieur, il connaît cependant, depuis les années 1970, un développement touristique important.

2 LE PAYS ET SES RESSOURCES

Le Népal couvre une superficie de 147 181 km². Les montagnes dominent le paysage. Si le massif de l’Himalaya, en isolant le pays, a entravé son développement économique, il constitue néanmoins aujourd’hui l’une de ses principales ressources, attirant un nombre toujours croissant de visiteurs, amateurs d’alpinisme et de randonnée en haute montagne. Neuf des plus hauts sommets du monde se situent sur le territoire népalais, dont le point culminant de la planète : le mont Everest (8 850 m).

2.1 Relief et hydrographie

Long de 845 km d’est en ouest et large de 90 à 220 km du nord au sud, le Népal se divise géographiquement en plusieurs bandes parallèles orientées du nord-ouest vers le sud-est : la plus proche de la Chine est constituée par de hautes vallées et montagnes dépassant 4 000 m d’altitude ; vient ensuite la grande barrière de l’Himalaya, dont l’altitude moyenne atteint 4 570 m ; les chaînes du Mahabharat Lekh (2 500 m d’altitude moyenne), avec les larges vallées et les plateaux arrosés par les rivières venues de l’Himalaya — plateau de Katmandou, à 1 500 m d’altitude —, forment le Moyen-Himalaya ; une dernière chaîne montagneuse, les Siw liks (Churia), qui culmine à 2 000 m, borde la partie méridionale du pays, le Terai, zone de plaines et de marais aux sols alluviaux fertiles, qui constitue une ramification de la plaine du Gange.

La plupart des grandes rivières du Népal — le Gora, la Sapt Kosi et le Narayani, notamment — prennent leur source dans le massif himalayen et se jettent toutes dans le Gange.

2.2 Climat

L’altitude constitue un facteur climatique essentiel. Dans le Haut Himalaya, les températures restent froides toute l’année, mais les neiges éternelles descendent rarement au-dessous de 5 000 m. Le climat, plus tempéré sur les plateaux intermédiaires, devient tropical dans le Terai. Les températures les plus élevées sont atteintes entre la fin du printemps et le milieu de l’été. Le Népal est soumis au régime de la mousson, qui remonte la plaine du Gange pour arroser les contreforts de l’Himalaya pendant trois mois, de juin à août. Les précipitations annuelles dépendent de l’altitude et de l’exposition des reliefs aux pluies de la mousson. Le Terai reçoit en moyenne 2 000 mm d’eau, contre 1 400 à Katmandou et 800 mm seulement dans l’ouest du pays.

2.3 Flore et faune

L’altitude influence également la flore dans sa variété. Une grande partie des vastes forêts de feuillus et de bambous qui couvraient le Terai a été récemment défrichée. Sur les pentes basses des montagnes, une forêt tropicale d’altitude pousse jusqu’à 2 000 m, puis elle cède la place, entre 2 000 et 3 000 m, à une forêt de rhododendrons et de feuillus. Pins, chênes et sapins dominent dans les zones plus élevées. Au-dessus de 3 900 m ne subsiste qu’une végétation rase.

Tigres, léopards, cerfs et éléphants vivent dans les zones humides du Terai, tandis que chèvres, moutons sauvages et loups peuplent les pentes montagneuses.

3 POPULATION ET SOCIÉTÉ

La population du Népal est constituée de deux groupes principaux, les Gurkhas et les Bihari : les premiers sont issus des tribus rajputs qui ont fui l’ouest de l’Inde dominé par les musulmans au xvie siècle et intégré, dans leurs troupes guerrières, de nombreuses ethnies népalaises ; les seconds sont d’origine indienne et installés au Népal depuis des siècles. Le pays compte d’autres groupes ethniques parlant des langues népalaises ou tibéto-birmanes — les Néwari, les Tharu, les Tamangs, les Magars, les Gurungs et des montagnards tibéto-birmans, tels les Bhotias, les Thakals et les Sherpas, célèbres pour leurs qualités de guides de haute montagne.

3.1 Démographie

La population du Népal était estimée en 2008 à 30 millions d'habitants. La densité de population — rurale à 84 p. 100 — était d’environ 206 habitants au km², toutefois, la majorité des Népalais vivant dans le Terai et la vallée de Katmandou, la densité de population est plus importante dans ces zones. En 2008, l’espérance de vie était de 61 années et la mortalité infantile s’élevait à 62 p. 1 000. Le taux de natalité — 30 p. 1 000 — demeure élevé.

3.2 Villes principales

Katmandou, capitale du Népal, située au cœur d’une vallée fertile, dans la partie sud-est du pays, est la ville la plus peuplée du pays avec 421 000 habitants (recensement de 1991). Les principaux centres urbains sont Biratnagar (130 129 habitants), dans le sud-est, Patan (117 203 habitants) et Bhaktapur (61 122 habitants), situés près de Katmandou.

3.3 Langue et religion

La langue officielle du pays est le népali, langue appartenant au groupe indo-européen (voir langues indo-européennes). Parlée essentiellement par les groupes ethniques népalais (53 p. 100 de la population), elle dérive de l’hindi (voir langues de l’Inde). Quelque trente autres langues, indo-européennes ou tibéto-birmanes, sont également utilisées, à l’instar du néwari qui, avec le népali, est la seule à posséder une écriture. L’hindouisme est la religion officielle du Népal, pratiquée par environ 86 p. 100 de la population. Le bouddhisme (8 p. 100) demeure très présent dans la culture népalaise et l’islam est pratiqué par 3 p. 100 de la population, dans l’ouest du pays. La dualité entre hindouisme et bouddhisme est la principale caractéristique religieuse du pays.

3.4 Éducation

La scolarité est obligatoire pour tous les enfants népalais entre 6 années et 10 années. Comme dans de nombreux pays en développement, les garçons fréquentent plus régulièrement l’école que les filles. En 1990, un tiers des 12-17 ans étaient scolarisés. Le principal établissement d’enseignement supérieur du pays est l’université de Tribhuvan, fondée en 1959, à Katmandou. En 1995, le taux d’alphabétisation était de 47 p. 100 ; trois Népalais âgés de plus de 15 ans sur quatre ne savent ni lire ni écrire.

3.5 Culture

Si l’hindouisme, dominant, a marqué la culture népalaise, l’influence du bouddhisme est toutefois très grande. Les deux religions coexistent et les rites hindouistes et bouddhistes accompagnant la naissance, le mariage et la mort sont toujours pratiqués. Le pays compte de nombreux temples et édifices religieux, pour la plupart ornés de bois sculpté. Le Musée national du Népal, fondé en 1928, se trouve à Katmandou, de même que les principales bibliothèques.

3.6 Institutions et vie politique
3.6.1 Historique

La vie politique du Népal — monarchie parlementaire — est régie par une Constitution promulguée en 1962 puis révisée en 1990. Jusqu’à cette date prévalait le système appelé démocratie du Panchayat, fondé sur la recherche du consensus et interdisant les partis politiques. Depuis 1990, le multipartisme est en vigueur. Deux partis dominent la vie politique népalaise : le Parti communiste du Népal et le Parti du Congrès népalais. Le Népal connaît une forte instabilité gouvernementale et, à partir de 1996, le pays est confronté à la guerre menée par des rebelles maoïstes, qui réclament l’instauration d’une république populaire. Le massacre de la quasi-totalité de la famille royale le 1er juin 2001 déstabilise profondément le royaume népalais tandis que la guérilla maoïste s’intensifie et que le nouveau roi Gyanendra, soupçonné de vouloir rétablir un système de monarchie absolue, est très impopulaire. Après la dissolution du Parlement en 2002, le roi s’octroie les pleins pouvoirs en février 2005, invoquant l’incapacité des partis politiques à s’unir contre la guérilla maoïste. Mais, sous la pression d’un très vaste mouvement de manifestations populaires antimonarchiques déclenché en avril 2006, il est contraint de rétablir le Parlement et de nommer un Premier ministre. À la suite de ces événements, les prérogatives du roi sont fortement limitées par le Parlement, qui lui retire notamment le contrôle sur l’armée, le pouvoir de nommer le gouvernement et son droit de veto législatif, ainsi que son immunité juridique. La monarchie héréditaire est abolie, le successeur du souverain étant désormais choisi par le gouvernement.

3.6.2 Pouvoir exécutif

Conformément à la Constitution de 1990, le roi est le chef de l’État et le détenteur du pouvoir exécutif. Il est assisté par un Conseil des ministres, à la tête duquel se trouve un Premier ministre. Le roi nomme le Premier ministre, généralement issu de la majorité parlementaire, et désigne les membres du Conseil des ministres, sur proposition du Premier ministre. Le Conseil des ministres est responsable devant le Parlement.

À la suite d’une proclamation votée par le Parlement népalais le 18 mai 2006, l’ensemble des pouvoirs exécutifs appartient dorénavant au Conseil des ministres, dont les membres sont choisis par le Premier ministre.

3.6.3 Pouvoir législatif

Le Parlement détient le pouvoir législatif. Il est formé de deux chambres : la Chambre des représentants (Pratinidhi Sabha) et le Conseil national (Rashtriya Sabha). Le Conseil national se compose de 60 membres, qui servent pour un mandat de six ans ; 35 membres sont élus par la Chambre des représentants, 10 sont nommés par le roi et 15 sont élus par un collège électoral. La Chambre des représentants se compose de 205 membres élus au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans.

À l’échelle régionale et locale, trois niveaux de panchayat, ou conseils (de village, de district et de région), permettent de représenter le peuple. Les panchayat de village sont élus au suffrage direct, les membres des conseils supérieurs étant élus à l’intérieur des conseils immédiatement inférieurs.

3.6.4 Pouvoir judiciaire

Une Cour suprême veille au respect de la Constitution et représente la plus haute instance judiciaire.

4 ÉCONOMIE

Le Népal est l’un des pays les plus pauvres du globe. Le ...



Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "Népal" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit