NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< NIETZSCHE: Combien de gens savent-ils observ ... NIETZSCHE: No future ! >>


Partager

NIETZSCHE: S'abstenir réciproquement d'offense

Philosophie

Aperçu du corrigé : NIETZSCHE: S'abstenir réciproquement d'offense



Publié le : 27/2/2008 -Format: Document en format HTML protégé

	NIETZSCHE: S'abstenir réciproquement d'offense
Zoom

Analyse du texte:

 

          Pour comprendre ce texte, il faut se faire une idée de la façon dont Nietzsche conçoit la vie. Il l’identifie à son concept de « volonté de puissance «, la vie ne serait que volonté de puissance.

               La volonté de puissance n’est pas une volonté extérieure, par exemple, une volonté divine qui conduirait le monde. Elle est véritablement la vie en tant que telle. Toute volonté est volonté de puissance.

   Dans ce texte, Nietzsche s’en prend à l’égalité comme fondement de la société. Il s’acharne à montrer qu’un rapport égalitaire est contraire avec la vie. L’égalité conduit infailliblement à un affaiblissement de la vie, elle s’oppose à la pulsion vitale.

     Or, de l’opposition entre l’égalité et la vie, Nietzsche ne conclut pas qu’une morale doit la brider mais, au contraire, Nietzsche dans ce texte place plus haut la vie que la justice ou la morale.

 



S'abstenir réciproquement d'offense, de violence et de rapine, reconnaître la volonté d'autrui comme égale à la sienne, cela peut donner, grosso modo, une bonne règle de conduite entre les individus, pourvu que les conditions nécessaires soient réalisées (je veux dire l'analogie réelle des forces et des critères chez les individus et leur cohésion à l'intérieur d'un même corps social). Mais qu'on essaye d'étendre l'application de ce principe, voire d'en faire le principe fondamental de la société, et il se révélera pour ce qu'il est, la négation de la vie, un principe de dissolution et de décadence. Il faut aller ici jusqu'au tréfonds des choses et s'interdire toute faiblesse sentimentale : vivre, c'est essentiellement dépouiller, blesser, violenter le faible et l'étranger, l'opprimer, lui imposer durement ses formes propres, l'assimiler ou tout au moins (c'est la solution la plus douce) l'exploiter ; mais pourquoi employer toujours ces mots auxquels depuis longtemps s'attache un sens calomnieux  ? Le corps à l'intérieur duquel, comme il a été posé plus haut, les individus se traitent en égaux - c'est le cas dans toute aristocratie saine - est lui-même obligé s'il est vivant et non moribond, de faire contre d'autres corps ce que les individus dont il est composé s'abstiennent de se faire entre eux. Il sera nécessairement volonté de puissance incarnée, il voudra croître et s'étendre accaparer, conquérir la prépondérance, non pour je ne sais quelles raisons morales ou immorales, mais parce qu'il vit et que la vie précisément, est volonté de puissance.NIETZSCHE


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1440 mots (soit 2 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " NIETZSCHE: S'abstenir réciproquement d'offense " a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit