Nietzsche et la politique

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Montesquieu et la politique Nietzsche et la liberté >>


Partager

Nietzsche et la politique

Philosophie

Aperçu du corrigé : Nietzsche et la politique



Publié le : 11/1/2004 -Format: Document en format HTML protégé - Ecoutez ce PODCAST:Ecoutez ce PODCAST

	Nietzsche et la politique
Zoom

Le texte interroge la nature des points de vue portés sur la faute du criminel : l'étonnement du juge - qui mesure le degré du châtiment - et la connaissance des origines du crime que possèdent à la fois le criminel et l'avocat. La thèse de l'auteur est la suivante : expliquer les origines du crime revient à diminuer sa gravité, voire à annuler la faute elle-même (cf. lignes 5 à 8).
 Il faut alors se demander ce qui permet à Nietzsche de poser cette thèse paradoxale, contraire à l'idée d'après laquelle expliquer un crime n'est pas forcément l'excuser...
 



Le criminel qui connaît tout l'enchaînement des circonstances ne considère pas, comme son juge et son censeur, que son acte est en dehors de l'ordre et de la compréhension : sa peine cependant lui est mesurée exactement selon le degré d'étonnement qui s'empare de ceux-ci, en voyant cette chose incompréhensible pour eux, l'acte du criminel. - Lorsque le défenseur d'un criminel connaît suffisamment le cas et sa genèse, les circonstances atténuantes qu'il présentera, les unes après les autres, finiront nécessairement par effacer toute la faute. Ou, pour l'exprimer plus exactement encore : le défenseur atténuera degré par degré cet étonnement qui veut condamner et attribuer la peine, il finira même par le supprimer complètement, en forçant tous les auditeurs honnêtes à s'avouer dans leur for intérieur : "Il lui fallut agir de la façon dont il a agi ; en punissant, nous punirions l'éternelle nécessité."- Mesurer le degré de la peine selon le degré de connaissance que l'on a ou peut avoir de l'histoire du crime, - n'est-ce pas contraire à toute équité ?


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Nietzsche et la politique	Corrigé de 1564 mots (soit 3 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Nietzsche et la politique " a obtenu la note de : aucune note

Nietzsche et la politique

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit