LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Les mutations politiques françaises après 194 ... Existe-t-il une primauté des normes internati ... >>


Partager

Les non-lieux de mémoire : la question de l'amnistie en France depuis la seconde guerre mondiale

Histoire-géographie

Aperçu du corrigé : Les non-lieux de mémoire : la question de l'amnistie en France depuis la seconde guerre mondiale



Publié le : 2/9/2012 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Les non-lieux de mémoire : la question de l'amnistie en France depuis la seconde guerre mondiale
Zoom

D'un autre côté, les amnisties relatives aux crimes commis pendant la guerre d'Algérie représentent une deuxième source d'illégitimité de l'amnistie en France. Les accords d'Evian comprennent des clauses d'amnistie envers les Algériens rebelles. De même, policiers et militaires condamnés pour leurs « excès «, c'est à dire leurs actes de tortures, sont amnistiés. Déjà à l'époque, une partie de la gauche s'oppose à de telles lois d'amnistie tel Robert Badinter dans un texte intitulé « Détournement d'amnistie «. D'autres affirmeront que le second décret est inadmissible dans la mesure où il porte atteinte au renom de la France et il sera qualifié de scandale juridique car le droit français accepte alors d'oublier des actes de tortures. Actes qui sont pourtant contraires à l'article 5 de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme que la France a signé.
Ces deux lois d'amnistie successives ont donc largement contribué décrédibiliser l'amnistie aux yeux de nombreux acteurs et analystes. La politique de réconciliation laisse place en ce sens à une illégitime politique de l'oubli pour certains.
Une politique de l'oubli ? La question du pouvoir des victimes : entre pardon et impunité
La décision d'amnistie va peu à peu être assimilée à une décision d'oubli total, en ce sens ce serait un oubli actif car volontaire à l'inverse d'une amnésie qui serait plus un oubli passif. L'amnistie reflète un « pardon pénal par excellence « selon Wilfrid Jeandidier. On l'a vu, c'est principalement cette fonction là qui est évoquée pour justifier les lois d'amnistie en France après la seconde guerre mondiale. 




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 3051 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Les non-lieux de mémoire : la question de l'amnistie en France depuis la seconde guerre mondiale" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit