NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Le langage permet-il seulement de communique ... Le langage n'est il qu'un instrument de comm ... >>


Partager

Notre pensée est-elle prisonnière de la langue que nous parlons?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Notre pensée est-elle prisonnière de la langue que nous parlons?



Publié le : 23/3/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Notre pensée est-elle prisonnière de la langue que nous parlons?
Zoom

On ne peut prétendre en effet qu'une personne qui ne parlerait pas n'aurait pas de pensée. D'ailleurs, il a été scientifiquement prouvé que les nourrissons développent déjà une pensée avant même d'apprendre à parler. De plus, dans notre vie courante, on n'exprime pas toutes nos pensées en passant par l'intermédiaire de la langue  (ex : il y a des pensées qui « traversent « notre esprit sans que nous ayons le temps de la traduire en mots). On peut également penser sous forme imagée, olfactive, tactile, etc. (c'est ce qui à lieu dans les souvenirs ou les rêves).

-La psychanalyse (Freud) en découvrant l'existence de l'inconscient, affirme que l'individu a des pensées qu'il ne connaît pas lui-même consciemment, donc qu'il ne peut formuler dans sa langue.

- La langue n'est peut-être pas la condition nécessaire à la pensée, car les arts semblent êtres d'autres vecteurs de la pensée. Il existerait une pensée ineffable qui n'a pas besoin de la langue pour se développer. « Sur l'ineffable, il y a de quoi parler et chanter jusqu'à la consommation des siècles «, déclare Jankélévich (La musique et l'ineffable). Les poètes savent quant à eux s'approprier la langue et l'utiliser à loisir pour exprimer le fond de leur pensée.


  • I) La pensée comme prisonnière de la langue que nous parlons. Langage et vision du monde.
  • II) Peut-on s'évader de la "prison" de notre propre langue ?
  • III) La langue comme condition de la pensée et la pensée comme condition de la langue.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 8331 mots (soit 12 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Notre pensée est-elle prisonnière de la langue que nous parlons? " a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit