LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< roman - littérature. poésie - littérature. >>


Partager

nouvelle - littérature.

Echange

Aperçu du corrigé : nouvelle - littérature.



Publié le : 28/4/2013 -Format: Document en format HTML protégé

nouvelle - littérature.
Zoom

nouvelle - littérature.
1

PRÉSENTATION

nouvelle (littérature), genre de fiction narrative en prose, qui se différencie du roman par sa brièveté. Toutefois, on remarque aisément que cette caractéristique formelle ne suffirait pas à la distinguer d'un conte ou d'un roman court. En d'autres
termes, les critères définitoires de la nouvelle, faute de trait générique véritablement distinctif, doivent inclure d'autres traits, notamment ceux concernant la construction dramatique.

2

DÉFINITION ET ORIGINE DU GENRE

Le genre n'a été défini que tardivement, au XIXe siècle, lorsque la vogue de la nouvelle gagna les États-Unis. Avant cette période de théorisation du genre, le terme de « nouvelle « qualifiait tout simplement un type de récit court, le plus souvent en
prose mais quelquefois en prose et en vers, dont le sujet, parfois satirique ou grivois, pouvait être tiré de la tradition populaire.
Ce sont les récits du Décaméron (1348-1353) de Boccace qui sont ordinairement considérés comme l'origine de la nouvelle. Le mot « nouvelle «, pour désigner une oeuvre, et par extension un genre littéraire, fut d'ailleurs emprunté à l'italien novella
(1414), qui venait de Boccace et qui caractérisait un « récit concernant un événement présenté comme réel et récent «. L'anglais, au XVIe siècle, forma sur le mot italien novella celui de novel, qui devait ultérieurement prendre le sens plus général de
fiction romanesque, cependant que short story se chargeait de la signification de novella. Les premiers récits du type de la novella étaient inspirés de Boccace. Ce furent d'abord les Contes de Cantorbéry (v. 1387-v. 1400) de Chaucer, vingt et un
contes écrits pour la plupart en distiques héroïques. Vinrent ensuite, au XVIe siècle, les contes de l'Heptaméron (1558) de Marguerite de Navarre.

3

XVIIE SIÈCLE : LE PETIT ROMAN

Au XVIIe siècle, ce furent les Nouvelles exemplaires (1613) de Cervantès, les Contes et Nouvelles (1665-1674) de La Fontaine, récits en prose et en vers mêlés d'une tonalité satirique et grivoise, inspirés de Boccace et de l'Arioste, puis les Nouvelles
tragi-comiques (1655-1657) de Scarron.
Il n'y a que peu de liens, hormis la brièveté des histoires, entre ces récits et la nouvelle telle qu'elle sera définie au XIXe siècle. En revanche, au XVIIe siècle, contrastant avec les longs romans pastoraux du type de l'Astrée d'Honoré d'Urfé, parurent
des oeuvres plus brèves, comportant moins de digressions, d'histoires enchâssées et d'intrigues entrelacées : on les appelait « petits romans « et le modèle le plus illustre en est la Princesse de Clèves. En même temps que les petits romans parurent
des récits encore plus brefs, sans rapport avec la veine satirique de Boccace et de La Fontaine : ceux-ci peuvent être appelés des nouvelles ; c'est le cas de la Princesse de Montpensier, de Mme de La Fayette.

4

XVIIIE SIÈCLE : LE CONTE ET LA NOUVELLE

Le XVIIIe siècle vit se multiplier les récits courts intitulés contes. Les Romans et Contes de Voltaire illustrent le genre du conte philosophique. La nouvelle se différencie pourtant du conte en ce sens que, si elle peut être fantastique ou faire appel au
surnaturel, elle ne comporte pas d'éléments relevant du merveilleux, puisqu'elle relate des événements réputés réels. En outre, la structure des contes comprend des invariants et des éléments codifiés qui sont des conventions définitoires du genre :
les conventions génériques du conte, du conte de fées et du conte populaire, s'opposent à l'absence de conventions génériques qui caractérise la nouvelle. Il est vrai qu'un certain nombre de textes qui sont en fait des nouvelles peuvent s'intituler
contes : c'est le cas des Contes cruels (1883) de Villiers de l'Isle-Adam, qui sont des récits dans la veine de ceux d'Edgar Poe, c'est le cas encore des Contes du chat perché (1934, 1950 et 1958) de Marcel Aymé, qui mêlent des éléments de
merveilleux (les animaux qui parlent) à une évocation drôle de la vie à la ferme ; mais en réalité il s'agit là de variantes modernes et parodiques du ...


Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "nouvelle - littérature." a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit