On parle des "droits de l'homme". Cette notion a-t-elle un fondement philosophique ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Faut-il vouloir la paix à tout prix ? Comment concevez-vous les rapports du droit e ... >>


Partager

On parle des "droits de l'homme". Cette notion a-t-elle un fondement philosophique ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : On parle des "droits de l'homme". Cette notion a-t-elle un fondement philosophique ?



Publié le : 3/1/2004 -Format: Document en format HTML protégé

On parle des
Zoom

Ce n'est pas parce qu'il est souvent question dans l'actualité des "droits de l'homme", que nous pouvons tenir cette notion pour immédiatement claire.
 La question ne porte pas du tout sur la nécessité de défendre les droits de l'homme, ou sur leur importance, mais sur la possibilité de fonder en raison cette notion. La philosophie est-elle à même de fournir à cette notion de "droits de l'homme" une base à partir de laquelle on puisse penser cette idée qui est loin d'aller de soi: que l'individu humain soit naturellement et nécessairement possesseur d'un certain nombres de droits innés, et ce quelles que soient les époques et les lieux (notion d'universalité).



Elle se présente comme une loi transcendante qui a existé bien avant l'apparition des peuples et des sociétés civiles. Elle est née de l'esprit divin : « ... la loi n'est pas une invention de l'esprit humain ni un décret des peuples, mais quelque chose d'éternel qui gouverne le monde entier, montrant ce qu'il est sage de prescrire ou d'interdire. Cette loi [...] est l'esprit de Dieu promulguant des obligations et des défenses également rationnelles. » (« Des lois », livre II).Cette loi transcendante est la seule et unique source de légitimité. Mais si elle oblige absolument, elle ne contraint pas pour autant matériellement, ce qui signifie que les hommes peuvent aussi agir sans tenir compte de la raison et de ses prescriptions. D'où la nécessité des lois positives et de la contraintes qui en assure la validité. Pour être justes, ces lois doivent être conformes à la loi naturelle.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : On parle des "droits de l'homme". Cette notion a-t-elle un fondement philosophique ? Corrigé de 3659 mots (soit 6 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "On parle des "droits de l'homme". Cette notion a-t-elle un fondement philosophique ?" a obtenu la note de : aucune note

On parle des "droits de l'homme". Cette notion a-t-elle un fondement philosophique ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit