NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Est-ce moi qui désire ? Est-ce nécessaire d'avoir des règles ? >>


Partager

Est-ce ne pas savoir vivre que de se retourner sur le passé ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Est-ce ne pas savoir vivre que de se retourner sur le passé ?



Publié le : 2/9/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Est-ce ne pas savoir vivre que de se retourner sur le passé	?
x

Veuillez selectionner une image pour le sujet :
Est-ce ne pas savoir vivre que de se retourner sur le passé ?




Analyse du sujet     -          Le temps est comme un milieu dans lequel nous sommes immergés sans pouvoir en sortir, presque aussi réel que la matière ou l'air de que nous respirons. Pourtant il ne cesse de nous échapper, insaisissable et fuyant comme un furet : nous ne pouvons jamais saisir le temps lui-même. du temps nous est « donné » dès que nous entrons dans la vie, mais c'est aussi une promesse de mort qui nous est faite alors. Du point de vue de notre connaissance, c'est un paradoxe qui définit la condition humaine : exister, c'est vivre dans un horizon à la fous ouvert et fermé par le temps, se tenir dans l'écart entre une disparition (le passé) et un absence (l'avenir). Car si le temps a une direction, on peut toutefois se demander s'il a un sens. -          En effet, l'on voit très bien à quel point l'attitude qui consiste à toujours vouloir se ressouvenir, à essayer de donner du sens aux conduites et faits passées - de telle sorte que la dimension du présent et de l'avenir en sont abolies - apparaît alors symptomatique des dérives pathologiques d'une recherche de sens du temps. -          La notion de vie implique d'abord l'épanouissement d'un être selon des fonctions organiques, qu'il s'agisse d'une plante, d'un animal, ou d'un homme. Mais l'existence implique que cette vie soit ordonnée par un horizon d'avenir et de sens, elle désigne la possibilité pour une vie d'être autre chose qu'une survie. -          L'homme ne se contente pas de vivre au sens où il existe (littéralement il est au dehors) : sa vie consiste dans le fait, et parce qu'il entretient avec le temps un rapport singulier, d'être monde sous le double triple rapport d'un passé, d'un futur et d'un présent toujours fuyant. Que signifie pour l'homme le fait de se retourner sur le passé, comme s'il y avait quelque leçon à tirer des événements passés, comme s'il fallait trouver un sens au devenir actuel, comme s'il fallait pouvoir donner une explication, a posteriori, rétrospectivement, de certaines actions ? -          Ce qu'il faut ici se demander c'est ce que traduit, ce que figure de l'essence de l'homme elle-même le fait de se rapporter toujours au passé. Ou pour le dire autrement, il faut chercher à comprendre de quoi une telle attitude est-elle figurative. En creux c'est une définition de la vie humaine qui est ici mise à la question : accepter de vivre, au sens fort où vivre pour l'homme c'est avant tout exister, est-ce oublier son passé, faire table rase et sans cesse faire peau neuve dans l'horizon d'un avenir proche et innovant ? Autrement dit, on chercher à se demander si l'oubli ne constitue pas une véritable vertu pour celui qui cherche à exister dans l'action, de manière « vivante » s'il est permis de s'exprimer ainsi. C'est donc le rapport de l'homme au monde, en tant qu'il se rapporte irrémédiablement au temps, qui est ici mis à la question, et c'est ce que signifie pour l'homme qu'exister dans ce monde qu'il va falloir mettre au jour.   Problématique               Le fait de regarder, de faire sans cesse retour et référence au passé pour expliquer, ou comprendre le présent, ou encore pour envisager l'avenir, ne constitue-t-il pas un comportement symptomatique des dérives pathologiques d'une conscience qui se refuserait au monde ? Que signifie donc le fait de vivre pour un homme ? Quel rapport l'individu humain et le temps entretiennent-ils ? La vie réelle et effective ne se vit-elle que sur le mode du présent et de l'avenir ou doit-elle, de manière réglée, faire face au passé pour être pleinement accomplie ?


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2637 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Est-ce ne pas savoir vivre que de se retourner sur le passé ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit