LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< De nombreux écrivains ont parlé dans leurs oe ... A l'aide d'exemples empruntés à vos lectures ... >>


Partager

Paul Valéry écrit dans Regards sur le monde actuel, (Propos sur le progrès, 1931) : « Supposé que l'immense transformation que nous vivons et qui nous meut, se développe encore, achève d'altérer ce qui subsiste des coutumes, articule tout autrement les besoins et les moyens de la vie, bientôt l'ère toute nouvelle enfantera des hommes qui ne tiendront plus au passé par aucune habitude de l'esprit. L'histoire leur offrira des récits étranges, presque incompréhensibles ; car rien dans leur époque n'aura eu d'exemple dans le passé ; ni rien du passé ne survivra dans leur présent. [...] L'un des effets les plus sûrs et les plus cruels du progrès est d'ajouter à la mort une peine accessoire, qui va s'aggravant d'elle-même à mesure que s'accuse et se précipite la révolution des coutumes et des idées. Ce n'était pas assez que de périr ; il faut devenir inintelligibles, presque ridicules... » Vous expliquerez et discuterez ce jugement. Vous vous demanderez en particulier, en vous fondant sur vos lectures personnelles, si les temps annoncés par Valéry vous semblent venus, et si les oeuvres littéraires et artistiques des siècles passés sont pour vous « inintelligibles et presque ridicules ».

Littérature

Aperçu du corrigé : Paul Valéry écrit dans Regards sur le monde actuel, (Propos sur le progrès, 1931) : « Supposé que l'immense transformation que nous vivons et qui nous meut, se développe encore, achève d'altérer ce qui subsiste des coutumes, articule tout autrement les besoins et les moyens de la vie, bientôt l'ère toute nouvelle enfantera des hommes qui ne tiendront plus au passé par aucune habitude de l'esprit. L'histoire leur offrira des récits étranges, presque incompréhensibles ; car rien dans leur époque n'aura eu d'exemple dans le passé ; ni rien du passé ne survivra dans leur présent. [...] L'un des effets les plus sûrs et les plus cruels du progrès est d'ajouter à la mort une peine accessoire, qui va s'aggravant d'elle-même à mesure que s'accuse et se précipite la révolution des coutumes et des idées. Ce n'était pas assez que de périr ; il faut devenir inintelligibles, presque ridicules... » Vous expliquerez et discuterez ce jugement. Vous vous demanderez en particulier, en vous fondant sur vos lectures personnelles, si les temps annoncés par Valéry vous semblent venus, et si les oeuvres littéraires et artistiques des siècles passés sont pour vous « inintelligibles et presque ridicules ».



document rémunéré

Document transmis par : Nicolas46580


Format: Document en format HTML protégé

Paul Valéry écrit dans Regards sur le monde actuel, (Propos sur le progrès, 1931) : « Supposé que l'immense transformation que nous vivons et qui nous meut, se développe encore, achève d'altérer ce qui subsiste des coutumes, articule tout autrement les besoins et les moyens de la vie, bientôt l'ère toute nouvelle enfantera des hommes qui ne tiendront plus au passé par aucune habitude de l'esprit. L'histoire leur offrira des récits étranges, presque incompréhensibles ; car rien dans leur époque n'aura eu d'exemple dans le passé ; ni rien du passé ne survivra dans leur présent. [...] L'un des effets les plus sûrs et les plus cruels du progrès est d'ajouter à la mort une peine accessoire, qui va s'aggravant d'elle-même à mesure que s'accuse et se précipite la révolution des coutumes et des idées. Ce n'était pas assez que de périr ; il faut devenir inintelligibles, presque ridicules... »
Vous expliquerez et discuterez ce jugement. Vous vous demanderez en particulier, en vous fondant sur vos lectures personnelles, si les temps annoncés par Valéry vous semblent venus, et si les oeuvres littéraires et artistiques des siècles passés sont pour vous « inintelligibles et presque ridicules ».
Zoom

Toute la fin du 19e s., a été nourrie de l'utopie souriante du bonheur apporté aux générations qui suivraient grâce au progrès, spécialement technique. Le chimiste Marcelin Berthelot va jusqu'à écrire en 1894: « Dans ce temps-là (en l'an 2 000 !), il n'y aura plus dans le monde ni agriculture, ni pâtre, ni laboureurs ; le problème de l'existence par la culture du sol aura été supprimé par la chimie [...] [Mais] dans cet empire universel de la force chimique, ne croyez pas que l'art, la beauté, le charme de la vie humaine soient destinés à disparaître »... Ce rêve merveilleux que le progrès de la science aboutira au progrès humain, que « la science est la bienfaitrice de l'homme », Valéry n'a pas attendu notre 2e moitié de siècle pour le détruire dans ses essais critiques. Il s'inquiète devant « le monde actuel » et sa position — pessimiste ou lucide ? — va jusqu'à juger que l'« ère nouvelle enfantera des hommes qui ne tiendront plus au passé par aucune habitude d'esprit » ; et que les oeuvres des siècles révolus deviendront « inintelligibles, presque ridicules ». Que penser d'une telle affirmation ? N'y a-t-il pas des adoucissements à lui apporter ?


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1698 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Paul Valéry écrit dans Regards sur le monde actuel, (Propos sur le progrès, 1931) : « Supposé que l'immense transformation que nous vivons et qui nous meut, se développe encore, achève d'altérer ce qui subsiste des coutumes, articule tout autrement les besoins et les moyens de la vie, bientôt l'ère toute nouvelle enfantera des hommes qui ne tiendront plus au passé par aucune habitude de l'esprit. L'histoire leur offrira des récits étranges, presque incompréhensibles ; car rien dans leur époque n'aura eu d'exemple dans le passé ; ni rien du passé ne survivra dans leur présent. [...] L'un des effets les plus sûrs et les plus cruels du progrès est d'ajouter à la mort une peine accessoire, qui va s'aggravant d'elle-même à mesure que s'accuse et se précipite la révolution des coutumes et des idées. Ce n'était pas assez que de périr ; il faut devenir inintelligibles, presque ridicules... » Vous expliquerez et discuterez ce jugement. Vous vous demanderez en particulier, en vous fondant sur vos lectures personnelles, si les temps annoncés par Valéry vous semblent venus, et si les oeuvres littéraires et artistiques des siècles passés sont pour vous « inintelligibles et presque ridicules »." a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit