NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Fiodor Dostoïevski par Brice Parain Kierk ... Crime et Châtiment Fiodor Dostoïevski Sixiè ... >>


Partager

Les pauvres gens (extrait) Traduction de Sylvie Luneau Fiodor Dostoïevski Non loin de moi, près d'un autre étalage de livres, j'aperçus le vieux Pokrovski.

Culture générale

Aperçu du corrigé : Les pauvres gens (extrait) Traduction de Sylvie Luneau Fiodor Dostoïevski Non loin de moi, près d'un autre étalage de livres, j'aperçus le vieux Pokrovski.



Publié le : 5/4/2015 -Format: Document en format HTML protégé

Les pauvres gens (extrait)
Traduction de Sylvie Luneau

Fiodor Dostoïevski

Non loin de moi, près d'un autre étalage de livres, j'aperçus le vieux Pokrovski.
Zoom

Les pauvres gens (extrait)
Traduction de Sylvie Luneau

Fiodor Dostoïevski

Non loin de moi, près d'un autre étalage de livres, j'aperçus le vieux Pokrovski. Quatre
ou cinq bouquinistes l'entouraient ; à force de le harceler, ils lui avaient fait
complètement perdre la tête. Chacun lui proposait sa marchandise, on lui offrait de
tout, et il voulait de tout ! Le pauvre vieux restait planté au milieu d'eux comme hébété,
sans savoir que choisir parmi ce qu'on lui présentait.
Je m'approchai et lui demandai ce qu'il faisait là. Le vieil homme fut ravi de me voir ; il
m'aimait à la folie, peut-être autant que Petinka.
" J'achète des livres, Varvara Alexéïevna, me répondit-il, c'est pour Pétinka. Cela va être
bientôt son anniversaire et il aime les livres, alors j'en cherche pour lui... "
Le vieillard s'expliquait toujours de façon cocasse ; par surcroît il était pour l'instant
dans le plus terrible désarroi. Chaque fois qu'il s'informait d'un prix, celui ci montait à
un, deux, ou trois roubles argent ; aussi ne s'enquérait-il même plus de la valeur des
grands livres : il se contentait de les regarder avec envie, les feuilletait, les tournait dans
ses mains puis les remettait à leur place.
" Non, non, c'est trop cher, disait-il à mi-voix, peut-être ici y aura-t-il quelque chose ", et
il commençait à passer en revue les minces plaquettes, recueils de chansons,
almanachs ; tout cela était très bon marché.
" Pourquoi achetez-vous tout cela, lui demandai-je, il n'y a là que des sornettes.
- Oh non, me répondit-il, non, voyez donc quels beaux livres il y a ici : de très beaux
livres ! "
Il traîna les derniers mots d'un ton si plaintif que je crus qu'il allait pleurer de déception
parce que les beaux livres étaient trop chers et qu'une larme allait d'un instant à l'autre
couler d...


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1557 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Les pauvres gens (extrait) Traduction de Sylvie Luneau Fiodor Dostoïevski Non loin de moi, près d'un autre étalage de livres, j'aperçus le vieux Pokrovski." a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit