NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Marx: art et infantilisme MERLEAU-PONTY, Éloge de la philosophie. >>


Partager

Pensée 181 de Pascal

Philosophie

Aperçu du corrigé : Pensée 181 de Pascal



Publié le : 27/2/2008 -Format: Document en format HTML protégé

	Pensée 181 de Pascal
Zoom
Le fragment 148 des Pensées de pascal en édition Lafuma a pour titre « que l'homme sans la foi ne peut connaître le vrai bien ni la justice ». Il s'agit pour Pascal de démontrer la nécessité de la foi en la religion chrétienne qui seule peut nous permettre d'accéder au véritable bonheur . La thèse de notre extrait est donc que l'homme ne peut atteindre le bonheur par ses seules forces : le bonheur est inacessible à l'homme sans la foi. La stratégie argumentative déployée par pascal se déroule en deux moments : tout d'abord un constat la quête de bonheur dans laquelle tous les hommes s'engagent les voue inéluctablement au malheur; ensuite l'explication de cette thèse par la détermination du véritable objet que les hommes désirent sans le savoir, c'est à Dieu. Nous sommes en effet confrontés à un problème : si tous les hommes désirent être heureux, comment expliquer que leur recherche du bonheur les voue au malheur ? Et si leur recherche les voue au malheur, comment expliquer qu'ils n'y renoncent pas ?

Tous les hommes recherchent d'être heureux. Cela est sans exception, quelques différents moyens qu'ils y emploient. Ils tendent tous à ce but. Ce qui fait que les uns vont à la guerre et que les autres n'y vont pas est ce même désir qui est dans tous les deux, accompagné de différentes vues. La volonté [ne] fait jamais la moindre démarche que vers cet objet. C'est le motif de toutes les actions de tous les hommes. Jusqu'à ceux qui vont se pendre. Et cependant depuis un si grand nombre d'années jamais personne, sans la foi, n'est arrivé à ce point où tous visent continuellement. Tous se plaignent : [...] de tous les temps, de tous âges et de toutes conditions. [...]Qu'est-ce donc que nous crie cette avidité et cette impuissance, sinon qu'il y a eu autrefois dans l'homme un véritable bonheur, dont il ne lui reste maintenant que la marque et la trace toute vide, et qu'il essaie inutilement de remplir de tout ce qui l'environne, recherchant des choses absentes le secours qu'il n'obtient pas des présentes, mais qui en sont toutes incapables, parce que ce gouffre infini ne peut être rempli que par un objet infini et immuable, c'est-à-dire que par Dieu même. Lui seul est son véritable bien. Et depuis qu'il l'a quitté, c'est une chose étrange qu'il n'y a rien dans la nature qui n'ait été capable de lui en tenir la place: astres, ciel, terre, éléments, plantes, choux, poireaux, animaux, insectes, veaux, serpents, fièvre, peste, guerre, famine, vices, adultère, inceste. Et depuis qu'il a perdu le vrai bien, tout également peut lui paraître tel, jusqu'à sa destruction propre, quoique si contraire à Dieu, à la raison et à la nature tout ensemble. Pensée 181 de Pascal


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1704 mots (soit 3 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Pensée 181 de Pascal " a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit