LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Paul Valéry, décelant en Baudelaire l'âme d'u ... «Dans la mémoire des Français, le XVIIe siècl ... >>


Partager

Que pensez-vous de ce bilan du classicisme français : «La réussite classique fut bien une conquête, l'équilibre classique non le produit d'une sagesse rassise, d'une prudence habile à ménager le pour et le contre, mais l'expression d'un élan, d'une poussée vers l'avant. Ce qui distingue Racine de Corneille, en 1665, c'est sa nouveauté, son modernisme. Ce qui, dans les traités ou les dictionnaires du temps, condamne un mot ou un tour, c'est qu'il est «vieux», et rien ne caractérise mieux un état d'esprit général à l'époque. S'inspirer des Anciens - avec quelle liberté -, tenir compte de certaines règles - avec quelle souplesse -, équilibrer les détails et l'ensemble, la passion et la raison, la réalité et l'idéal, c'est, pour un classique, sa manière à lui d'être lui-même, c'est-à-dire d'être moderne, d'être jeune, ou comme disait Stendhal, d'être romantique.» (Th. Aron, Histoire littéraire de la France, t. Il, éd. sociales, 1966.)

Anthologie

Aperçu du corrigé : Que pensez-vous de ce bilan du classicisme français : «La réussite classique fut bien une conquête, l'équilibre classique non le produit d'une sagesse rassise, d'une prudence habile à ménager le pour et le contre, mais l'expression d'un élan, d'une poussée vers l'avant. Ce qui distingue Racine de Corneille, en 1665, c'est sa nouveauté, son modernisme. Ce qui, dans les traités ou les dictionnaires du temps, condamne un mot ou un tour, c'est qu'il est «vieux», et rien ne caractérise mieux un état d'esprit général à l'époque. S'inspirer des Anciens - avec quelle liberté -, tenir compte de certaines règles - avec quelle souplesse -, équilibrer les détails et l'ensemble, la passion et la raison, la réalité et l'idéal, c'est, pour un classique, sa manière à lui d'être lui-même, c'est-à-dire d'être moderne, d'être jeune, ou comme disait Stendhal, d'être romantique.» (Th. Aron, Histoire littéraire de la France, t. Il, éd. sociales, 1966.)



Publié le : 2/3/2011 -Format: Document en format HTML protégé

Que pensez-vous de ce bilan du classicisme français : «La réussite classique fut bien une conquête, l'équilibre classique non le produit d'une sagesse rassise, d'une prudence habile à ménager le pour et le contre, mais l'expression d'un élan, d'une poussée vers l'avant. Ce qui distingue Racine de Corneille, en 1665, c'est sa nouveauté, son modernisme. Ce qui, dans les traités ou les dictionnaires du temps, condamne un mot ou un tour, c'est qu'il est «vieux», et rien ne caractérise mieux un état d'esprit général à l'époque. S'inspirer des Anciens - avec quelle liberté -, tenir compte de certaines règles - avec quelle souplesse -, équilibrer les détails et l'ensemble, la passion et la raison, la réalité et l'idéal, c'est, pour un classique, sa manière à lui d'être lui-même, c'est-à-dire d'être moderne, d'être jeune, ou comme disait Stendhal, d'être romantique.» (Th. Aron, Histoire littéraire de la France, t. Il, éd. sociales, 1966.)
Zoom

Que pensez-vous de ce bilan du classicisme français : «La réussite classique fut bien une conquête, l'équilibre classique non le produit d'une sagesse rassise, d'une prudence habile à ménager le pour et le contre, mais l'expression d'un élan, d'une poussée vers l'avant. Ce qui distingue Racine de Corneille, en 1665, c'est sa nouveauté, son modernisme. Ce qui, dans les traités ou les dictionnaires du temps, condamne un mot ou un tour, c'est qu'il est «vieux«, et rien ne caractérise mieux un état d'esprit général à l'époque. S'inspirer des Anciens - avec quelle liberté -, tenir compte de certaines règles - avec quelle souplesse -, équilibrer les détails et l'ensemble, la passion et la raison, la réalité et l'idéal, c'est, pour un classique, sa manière à lui d'être lui-même, c'est-à-dire d'être moderne, d'être jeune, ou comme disait Stendhal, d'être romantique.« (Th. Aron, Histoire littéraire de la France, t. Il, éd. sociales, 1966.)




Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Corrigé : Corrigé de 5 pages directement accessible

Le corrigé du sujet "Que pensez-vous de ce bilan du classicisme français : «La réussite classique fut bien une conquête, l'équilibre classique non le produit d'une sagesse rassise, d'une prudence habile à ménager le pour et le contre, mais l'expression d'un élan, d'une poussée vers l'avant. Ce qui distingue Racine de Corneille, en 1665, c'est sa nouveauté, son modernisme. Ce qui, dans les traités ou les dictionnaires du temps, condamne un mot ou un tour, c'est qu'il est «vieux», et rien ne caractérise mieux un état d'esprit général à l'époque. S'inspirer des Anciens - avec quelle liberté -, tenir compte de certaines règles - avec quelle souplesse -, équilibrer les détails et l'ensemble, la passion et la raison, la réalité et l'idéal, c'est, pour un classique, sa manière à lui d'être lui-même, c'est-à-dire d'être moderne, d'être jeune, ou comme disait Stendhal, d'être romantique.» (Th. Aron, Histoire littéraire de la France, t. Il, éd. sociales, 1966.)" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit