NoCopy.net

LA PERCEPTION (cours de philosophie)

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< L'ESPACE (cours de philosophie) LA MEMOIRE (cours de philosophie) >>


Partager

LA PERCEPTION (cours de philosophie)

Philosophie

Aperçu du corrigé : LA PERCEPTION (cours de philosophie)



Publié le : 4/4/2009 -Format: Document en format HTML protégé

	LA PERCEPTION (cours de philosophie)
Zoom

On peut chercher à décrire la conscience perceptive comme font les phénoménologues (cf. Merleau-Ponty), mais on peut aussi, par analyse réflexive, chercher à dégager les conditions sans lesquelles la perception serait impossible. Cela revient à dire quelle est, dans la perception des objets, la part des données empiriques et quelle est la part de l'esprit. L'empirisme considère que les objets s'impriment spontanément dans notre esprit; la perception serait une opération purement passive. L'intellectualisme soutient au contraire que la perception des objets est le résultat d'une activité de l'esprit.

I. L'EMPIRISME

- A - L'empirisme naïf: la perception n'est qu'une sensation.

«La science est sensation«, disait Protagoras. On peut entendre ce mot en deux sens :

1 - La perception serait la prise de conscience immédiate d'une réalité extérieure donnée. C'est le point de vue de l'atomisme antique : « Les objets nous envoient des empreintes qui leur ressemblent par la couleur et la forme« (Épicure, théorie des simulacres). C'est aussi le point de vue du sens commun: comme le dit Descartes, «nous avons cru dès le commencement de notre vie que toutes les choses que nous sentions avaient une existence hors de nous et qu'elles étaient entièrement semblables aux sentiments et aux idées que nous avions à leur occasion«;

2 - La perception serait seulement la prise de conscience d'un ensemble de modifications physiologiques et particulièrement cérébrales ; c'est le point de vue du matérialisme moderne et de la plupart des physiologues.

- B - L'associationnisme : la perception est une association de sensations.

L'associationnisme ne pense pas que l'objet soit immédiatement donné à l'esprit mais admet qu'il est construit, à partir des sensations, par une activité tout automatique obéissant aux lois de l'association des idées. L'objet n'est qu'une somme de qualités sensibles comme l'esprit n'est qu'une somme d'images. Percevoir un objet c'est évoquer à partir d'une sensation le souvenir des sensations que nous avons l'habitude d'éprouver en même temps qu'elle ou sa suite. Si bien que, selon une formule de Bergson, « percevoir finit par n'être plus qu'une occasion de se souvenir «. C'est le cerveau qui, selon Bergson, choisirait dans la mémoire les souvenirs utiles pour éclairer la situation présente.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	LA PERCEPTION (cours de philosophie) Corrigé de 3085 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " LA PERCEPTION (cours de philosophie)" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

LA PERCEPTION (cours de philosophie)

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit