NoCopy.net

Peut-on perdre son temps ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Le temps n'est-il qu'une limite ? N'y a-t-il que ce qui dure qui ait de la vale ... >>


Partager

Peut-on perdre son temps ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Peut-on perdre son temps ?



Publié le : 30/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Peut-on perdre son temps ?
Zoom

Il faudra pour le traitement de ce sujet bien distinguer:

* la possibilité de perdre son temps.

* la légitimité (morale) de la perte du temps.



Il faudrait déjà connaître le futur pour dire si l'on perd ce temps ou pas. Ne faut-il pas apprendre à perdre son temps ?

Introduction

* Un paradoxe surgit du contraste entre trois points de vue possibles « perdre son temps « est inévitable puisque le temps se perd en tant que présent devenant passé irréversible ; il est « perdu « du point de vue ontologique ; mais du point de vue psychologique, c'est à une qualité de mémoire que revient la perte ou non du temps : il peut être retrouvé et conservé (Proust). Enfin du point de vue éthique, le temps perdu est le temps vide stérile, et improductif quand aux valeurs existentielles directrices.

* Perdre son temps, n'est-ce pas tomber dans une frivolité stérile, sans conséquences sur le futur ni sur l'enrichissement spirituel du moi ? N'est-il pas un présent fugitif et disparaissant sans effets sur l'avenir et sans créativité réelle ? La question ne renvoit-elle pas à une évaluation existentielle, au souverain bien des stoïciens ou au devoir kantien, bref aux valeurs fondamentales d'une éthique ?

* Perdre son temps, n'est-ce pas méditer le contraste entre la disparition ontologique du présent, son anéantissement, et le sentiment de propriété attaché à la temporalité ? Ne faut-il pas corriger la catégorie de l'avoir (perdre et gagner) par la catégorie de l'être : être digne de son temps ou non, sans nourrir l'illusion que le sujet est propriétaire de sa temporalité ? I - Le point de vue ontologique : le temps perdu.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Peut-on perdre son temps ? Corrigé de 1249 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Peut-on perdre son temps ?" a obtenu la note de :

5.5 / 10

Peut-on perdre son temps ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit