Peut-on croire au Diable ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Le Dieu des philosophes est-il celui des cro ... d'où me vient l'idée de perfection si je sui ... >>


Partager

Peut-on croire au Diable ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Peut-on croire au Diable ?



Publié le : 22/7/2005 -Format: Document en format HTML protégé

	Peut-on croire au Diable	?
Zoom

 

Comme le dit Kant dans, La critique de la raison pure, (Théorie transcendantale de la Méthode), la croyance n’est suffisante et valable que subjectivement et non objectivement. A partir de là statuer sur la légitimité d’une croyance paraît inutile voire illégitime, parce que d’une part toute croyance est porteuse en en sens de la conscience de son insuffisance, puisqu’elle est subjective, mais plus encore parce que toute croyance religieuse relève de la sphère privée. Cependant, la croyance au diable connote davantage que tout autre croyance.  En effet dans la tradition judéo-chrétienne, comme dans bien d’autres spiritualités, Dieu est comparé à la lumière et l’enfer au royaume des ombres. Le diable représente alors l’esprit du mal, le mauvais génie, et prenant des apparences séduisantes, il essaie de corrompre l’homme et de l’entraîner au péché.

Philosophiquement c’est donc ici la question de la responsabilité et de l’espérance morale en l’humanité que rend problématique une telle croyance.

Si l’on  fait prévaloir la liberté et la responsabilité humaine ne doit-on pas conclure qu’il ne saurait y avoir de mal que celui que produit  l’homme ? Le diable ne saurait être envisagé comme ce qui pourrait influencer notre action. Reste donc à envisager le diabolique comme le critère à l’aune duquel doit être jugée une action mauvaise. Enfin, une conclusion ne s’impose-t-elle pas dés lors : n’est-ce pas volontairement que les gens se mettent en enfer et qu’ils y restent en se fixant dans la dépendance des jugements des autres ?

 



De même « La béatitude, sous le nom de bonheur ne peut être atteinte dans ce monde (pour autant que cela dépend de notre pouvoir) et constitue seulement un objet d'espérance », Critique de la raison pratique.    L'enfer, c'est les autres.   Si nous refusons de faire du diable une entité réellement existante et qu'il doit dans cette mesure être rapporté à une idée plutôt qu'à une action humaine ne faut-il pas dés lors renoncer au concept de diable, et plus largement à ce que Nietzsche « aux arrière mondes » ? Si pour le christianisme, comme le rappelle Kierkegaard, le précurseur de l'existentialisme, le désespoir comme repli du sujet sur lui-même est le contraire de la foi, qui désigne une relation d'ouverture et de confiance de l'individu envers son Dieu. En revanche l'athéisme sartrien conduit, sur les bases de ce type d'analyse, à une revendication du désespoir, entendu rigoureusement comme le fait pour le moi de ne pouvoir compter que sur soi, de n'avoir rien à attendre des autres. L'existentialisme sartrien congédie l'espérance, l'existence précède l'essence, rien n'oriente l'agir de l'homme sinon la liberté. L'enfer pour Sartre comme il l'écrit dans la pièce de théâtre Huis clos : « Pas de besoin de gril, l'enfer c'est les autres ». Plus précisément, l'enfer consiste à être vu par les autres, car comme il l'exposait déjà dans L'être et le néant, la relation à autrui se constitue d'une opposition originelle. Plus encore, comme il le montre dans la pièce l'enfer est un lieu angoissant, puisque les protagonistes de Huis Clos attendent d'être torturés. Mais l'enfer consiste aussi et surtout à souffrir en subissant l'action des autres.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Peut-on croire au Diable	? Corrigé de 3008 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Peut-on croire au Diable ?" a obtenu la note de : aucune note

Peut-on croire au Diable ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit